jeudi 6 avril 2017

Pause

En fait je crois que je vais rester sur mon île déserte.
Surtout, sans PERSONNE autour de moi!
La vérité est que je navigue de maladie en maladie depuis décembre. Et que je suis fatiguée.(refrain connu)
Et que les Petits Choux continuent d'amener leurs virus et microbes divers zet variés, ce qui fait que même si je  récupère physiquement, je n'ai plus guère le temps de faire autre chose que nounou-de-bébé-malade.
Et dès que ça cesse, bah tiens c'est "encore" les vacances, et hop on recommence avec les bébés à amuser distraire, promener faire manger etc....
En somme comme 20 ans plus tôt.
La socialisation en moins, monsieur mari ayant à cœur de faire TOUT pour que je reste tranquille à la maison (haha)

Bref je suis fatiguée physiquement mentalement moralement.
Et je n'ai plus guère d'entrain.

Ça reviendra surement plus tard.
Mais d'ici là


 EN PAUSE

samedi 21 janvier 2017

mon île déserte

Oui Marie-Monique, tu as la tête dans le guidon, ton patron te fait des misères, pour dire ça poliment; ton mari, là tout de suite, tu le renverrais bien chez sa mère, avec pertes-et-fracas, quant aux marmots, tu va les ramener direct au magasin. SANS échange. Ben tiens.
 D'ailleurs spa compliqué tu vas t'acheter une ile déserte rien que pour toi. Toute seule.

Imagine un peu.......

 Une île déserte, de préférence au soleil, mais surtout dépourvue d'humain. Ni mari ni enfant ni belle-mère/belle-soeur,  PERSONNE!
Mais! avec une bibliothèque copieusement fournie, (et même un rayon littérature rose, tu vois le truc bien tartignolle, mais si reposant), un congélateur bien rempli (l'option je fais la cuisine c'est NON) et rien d'autre à faire que ce que tu as envie de faire; ou de ne pas faire.....
 Sans personne pour crier  SEKANKONMANGE!!! ou alors Rhhhhhaaaa mais c'est déjà 21 heures, j'ai oublié d'aller chercher n°2 à l'entrainement, PDBDM!*
*je vous laisse traduire hein

Et puis aussi sans téléphone -on est d'accord que TOI, tu embarques le tien et tu peux appeler qui tu veux et si tu veux.
La journée sur le transat les doigts de pied en éventail, sous le cocotier......
on y est presque!


Avoue Marie-Mercédès,  ça, ce seraient des VRAIES vacances!
(on ne parle des choses désagréables telles que ménage et vaisselle. Comptons que ce sera fait tout seul par magie, voilà)

Du soleil oui oui (je suis une fille du Sud, la vie sans soleil c'est juste pas possible) et puis du vert, un beau jardin à la végétation tropicale; le transat sous le bananier, les bougainvilliers en rideau, le jasmin en parfum de fond.....
Un peu comme ces peintures du douanier Rousseau....


Ce serait un belle maison, vaste....de la place, plus que l'ameublement, marre de se prendre les angles à cause des bahuts, buffets et autres meubles entassés serrés.
Un plancher évidemment; Bibiche connait mon amûûr du plancher, forcément chez moi c'est carrelage (glacé)
Avec une belle galerie qui court le long de la maison ; je crois que dans les îles, on appelle cela une varangue.... Tu vois  l'idée quoi,  avec un petit courant d'air léger....


Bon:
Ile ok,  bouquin ok, coktail ok aussi (faut boire c'est important de combattre la déshydratation!), le transat à ta convenance, chilienne ou rocking-chair (moi je peux pas j’ai le mal de mer)......

Ahahhhhhhhh
Ça commence à aller mieux
Non il n'y a pas de moustiques, on a dit "pas de nuisibles"!

Comme ce serait au bord de la plage, on aura la musique des vagues qui viennent  doucement s'allonger sur le sable......
Ou alors, en symbiose avec la colère que tu ressens (parce que mari enfant  etc...) un grand fracas, et un ressac Enauuurme! Boum Flaoutchhhhhhhh...
Té ça va mieux non?

source

Ah, j'allais oublier la salle de bain! Puisque île déserte et enfin seule, c'est le moment idéal pour embarquer tout ton vanity avec les mille et uns échantillons collectionnés au séphomachin et faire enfin une (ou plusieurs ) séances de cocooning-beauté!
(Si tu me prétends Marie-Edmée que si, tu as le temps de te pomponner et de passer 3 heures de rang dans ta salle de bain sans être dérangée..... je ne te crois pas. )😂
source






Seulement voilà: ça n'existe pas et pourquoi pas .
Et le pire, je crois, c'est qu'au bout de quelques jours, on s'ennuierait ferme de ses enfants, on se ferait du souci, est-ce que ça se passe bien, est-ce qu'ils ont bien dormi..... je te fais pas un dessin, tu visionnes le truc très bien toute seule.

N'empêche que d'y avoir rêvé pendant quelques instants à ton île déserte, ça t'as fait un bien fou! Et on peut recommencer autant de fois qu'on veut!




source


Filo







 

samedi 14 janvier 2017

Personnellement développé

Un jour, je ne sais pourquoi, il m'a pris fantaisie de m'intéresser au "développement personnel". Sans doute par le biais de l'organisation maison, parce que je suis toujours friande de trouver des astuces d'ailleurs.

Et de fil en aiguille, de blog en blog  et d'abonnement en niouzeléteure, je me suis retrouvée noyée sous une avalanche de conseils, directives et autres explications de plus en plus techniques, et faut-il l'avouer, quelque fois assez heu.... absconses pour ne pas dire fumeuses.

Partant du principe que chaque personne qui lit vient chercher remède à sa mauvaise organisation, ou mal-vivre, ou souffrance, ces "conseillers" expliquent et assènent leurs vérités avec, à l'appui, leurs (saines) lectures.

Par exemple, on nous explique ce que c'est réellement que la procrastination en 10 points, et comment y remédier.
Comment ça, tu ne te reconnais dans aucune case? Mais si mais, tu es FORCEMENT quelqu'un comme çi ou comme ça.
Ah. Bon.


Avec le début de l'année et sa flopée de "bonnes résolutions" et autres "projets", ça part dans tous les sens......

Pendant un moment, je trouvais -relativement- intéressant de lire ces blogs, au son de "parlez moi d'moi" (finalement, c'est à ça que ça revient non?). J'y trouvais toujours un petit détail dont je faisais mon beurre, certaines pistes de réflexion éventuelles...N'ayant pas d'à priori sur plein de choses ou de disciplines, je lisais sans idée préconçue.


Avant de me rendre compte de cette vérité toute bête:
Tous ces machins de développement personnels, sont terriblement culpabilisants.
Plus on en lit, plus on se sent misérable, et plus on a encore envie de demander de l'aide.
C'est affolant!

-Les 100 livres qu'il FAUT avoir lu!
-Les 10 films qu'il faut avoir vu cette année!
-La meilleure façon de se lever! (poser le pied par terre?)
-Les heures perdues!
-Lâchez prise!
-Tenez bon!


 Comment ne pas rire,  quand on me propose de me projeter 5ans plus tard et d'écrire "mon avenir à ce moment là" sous entendu=  j'aurais une belle situation, je serais riche et j'aurais plein d'amis et une belle maison etc.....pfff. (personne ne pense à : je me serais cassée la jambe et j'aurais passé 3 mois à l'hôpital, pourtant?)( ce qu'on ne se souhaite pas du tout c'est entendu)


Comment ne pas trouver loufoques toutes ces abréviations et autre acronymes sensés nous aider dans le quotidien et dont il faut laborieusement se souvenir avant d'envisager de penser à quoi que ce soit, pour être sûr d'avoir "la pensée juste"......


QUI a réussi à nous mettre cette idée dans la tête, qu'on a qu'une vie et qu'il ne faut pas la rater?
Mais quelle angoisse, quelle pression!
Évidemment, on voudrait tous, moi la première, avoir une vie bien remplie et riche (pas seulement financièrement), divertissante,  et sans embarras.

Bien sûr,  quand on regarde ailleurs, l'herbe est forcément plus verte, le soleil plus chaud et le couvert plus joli.

Un jour je vous parlerai de mon  île déserte😄

Pendant longtemps je me suis posée aussi des question (qui suis-je, ou vais-je, dans quelle étagère...) (et je cherche encore)
C'est un peu le propre de l'homme de savoir se poser des questions, d'être capable de réfléchir à son humaine condition.....

Mais là je sature un peu des directeurs de conscience moderne.....


viendez, on va prendre l'air!

Filo

jeudi 12 janvier 2017

Petite robe d'été d'automne (Tendance Couture n°10, modèle n°37)

Je poste aujourd'hui un billet qui date de cet automne et qui était tombé au fond de la boite à brouillons, zutalors!

J'avais depuis un moment l'envie de me coudre une robe de mi-saison, histoire d'écouler mon stock de tissus, et de renouveler ma garde-robe.
Et puis, par un fait exprès,(ça alors!)  ma voiture m'a conduite au magasine de tissu où j'ai mes habitudes. Et forcément, j'ai  craqué sur ce joli tissu, alors que j'avais comme ferme résolution de ne rien acheter. Haha.
Il est très "automnal" et puis c'est une viscose toute douce, (j'ai appris depuis que la viscose c'est le mal. Mais bon, aller Qnu c'est pas top non plus)

Une fois mon coupon lavé-séché-repassé-mesuré, il m'a fallu quelques journées de cogitations pour trouver le bon patron. Celui dont le métrage est compatible avec mon tissu, dont la forme me convient,  dont la difficulté ne me rebutera pas (trop) et dont le potentiel mode reste correct: comprendre ni ringard, ni trop avant-gardiste.
Oui,  c'est aussi compliqué que d'acheter tout fait!


J'ai arrêté mon choix sur cette robe:

Certes, Tendance Couture est  célèbre pour son choix de tissus assez  particulier!
On suppose que certaines personnes aiment ces imprimés... mais ce n'est pas vraiment "la french touch"  n'est-ce pas!

Ceci dit, il n'est pas toujours facile de sortir un patron de son contexte et d'arriver à l'imaginer avec le tissu de son choix.
Certaines, bien plus calées en informatique, utilisent des programmes qui permettent de copier le modèle technique et de le croiser avec le scan de son tissu pour avoir un idée du rendu.

Quand j'aurais le temps... je me lancerai. Pour le moment, je m'en tiens à la couture.
Pour m'encourager, ma fille qui a vu le tissu, et le modèle sur le magazine s'est exclamée: "ouhlala, mais ça risque pas de faire fermière au champ ton truc, là?"

Ca,  c'est cadeau.




à votre avis, Fermière ou pas?

 Techniquement, pas du tout aussi simple à réaliser que ne le clamait le modèle.
 Le fait de ne pas faire de manches, et de ne pas poser de zip  ne suffit  pas à classer "couturefacile"......
J'ai bien bataillé avec l'encolure, qui s'est révélée deux fois trop grande la première fois, il a fallu que je redéfasse tout -oui, tout-, et que j'en recoupe une autre d'une taille en dessous, pour arriver à ce résultat.
Non, je n'avais pas fait de toile "comment-ça-t'a-pas-fait-de-toile? hannnn pas biiiiieeeeen!"

Un petit aperçu de la "littérature explicative" qui accompagne le modèle....
"Au bord de l'encolure inciser doucement les arrondis du surplus de couture. Épingler la bordure de l'encolure endroit contre endroit sur le bord de l'encolure et les bords antérieurs et piquer. Repasser la bordure vers l'extérieur, les surplus de couture sont orientés vers l'extérieur"

Alors, certes, c'est moins abscons que du Burda qui reste le roi (la reine) des expli fumeuses, et surtout c'est accompagné de schémas qui permettent d'éclaircir un peu le truc.
Mais bon, j'ai quand même pas mal carburé du ciboulot avant de comprendre! Oui oui vu comme ça,  c'est tout simple mais quand on est face à son tissu, ça ne coule pas "de source"!

Je suis jalouse de ces bloggueuses qui  racontent n'avoir jamais de soucis avec les pages techniques, pour qui "tout va sur des roulettes",  que "tout est bien expliqué et très clair"..... Même avec les patrons indépendants, chez moi, il y a TOUJOURS un passage où je ne comprends plus.
Mais comme "c'est en cousant qu'on devient modeuse couturière", eh bien je continue, et en effet, avec l'expérience certaines choses se simplifient, tout au moins deviennent compréhensibles (ouf)








Au final, je suis ravie de ma robette, trèèèèès confortable, photographiée ici à l'arrache, après une journée entière (ce qui explique son air chiffonné, bah oui la viscose, c'est susceptible).

Tout à fait gilet-compatible, malgré ses manches courant d'air, ce qui était ma grosse crainte.
(Qui ne s'est jamais retrouvé avec le bras boudiné dans une manche qui remonte en plissant atrocement  parce que l'emmanchure du gilet ou de la veste est trop serrée, mais qu'il fait trop froid pour se balader bras nu? Vous voyez de quoi je parle???)


Pas sûre que j'en referais une autre en revanche!

Filo





samedi 7 janvier 2017

Défi 52/10 Première semaine

La semaine a coulé à toute allure comme l'eau sous les pont; il s'en est fallu d'un cheveu que je poste en retard, mais on n'allait tout de même pas rater le n°1!

L'explication du projet est ici


Alors, voici donc mon premier billet avec le  super échéancier qui l'accompagne.




 Pour celui-ci, j'avais rêvé d'un truc en couleur avec des cases et des colonnes, bien sophistiqué et donc infaisable avec mes maigres connaissances.
Au final, "Back to basic" j'ai pris mon papier,  un crayon, tracé quelques lignes et ça fait très bien la blague!


Au passage on dit  bonjour à Raymond qui surveille les opérations:
"Bonjour Raymond-le-poisson!"

Et mon bocal retourne se cacher dans le placard des tasses mais chut, hein!
Jusqu'à la semaine prochaine.

Filo