lundi 7 décembre 2009

Travel, comme disent les anglais créé le 2009-12-06

De retour, après quatre jours d'aventures ininterrompues -omaillegod!-, j'ai tâté de pas mal de moyens de transport, avion, train, voiture, métro, pied (c'est aussi un moyen de transport, non?), ne manquait que le bateau, ça sera pour une autre fois.

Bon, alors, l'avion, (j'en demande pardon aux mânes de mon grand-père pilote d'avion, pendant la guerre de 14), ce n'est pas une découverte euphorisante, loin de là!
Je m'en doutais, mais n'ai rien voulu dire, pensant que "tout dans la tête", il suffisait de  se taire pour supprimer le pressentiment, eh bien, pas du tout! J'ai eu très peur, la vraie peur irraisonnée, et si je n'ai pas versé dans la panique, c'est que j'ai réussi à "reprendre mes esprits"; mais il a fallu que j'aille les reprendre bien loin!
Déjà, quand au pied de la passerelle, on sent le cœur qui s'emballe tout seul, ça c'est mauvais signe!Mais quand les accélérations du décollage se font sentir, là, c'est carrément, "laissez moi descendre, vous ne voyez pas qu'on va dans un mur!"
Cette impression (fort stupide, d'accord) est encore renforcée par les consignes de sécurité, le petit laïus qu'on vous sert en anglais, gestes à l'appui, destiné, parait-il, à tranquilliser les craintifs.....Alors qu'on sait très bien, qu'en cas d'accident , personne n'aura réellement le temps et la présence d'esprit de faire ce qui est préconisé.....
Bref, après le sentiment "on va tous mouriiiiiiiiiiiiiiiir" , après la sensation "cercueil volant", j'ai fini par sécher mes larmes (oui ridicule en plus!) me calmer, de toute façon, maintenant que je suis embarquée, vole la galère............
j'ai donc admiré le ciel levant tout rouge, auquel, naturellement, on tournait le dos, ce qui fait qu'on volait dans le sombre; apprécié la mer de nuages, un joli tapis blanc mousseux, sillonné de grandes ondulation, avec de temps en temps, oh mondieu, un accroc, et quelques petites riquiqui lumières tout en bas au fond, -c'est encore plus profond que ça!!!!-n'y pense pas, n'y pense pas!-; j'ai regretté de n'avoir pas sous la main mon appareil photo, mais rangé dans un casier, j'avais trop les jambes en coton pour songer seulement à me lever!; et j'ai bu un thé très anglais irlandais (bien chaud, bien fort, bien amer) pour me remettre de mes émotions, mais à 3 euros le verre, bigre!
L'atterrissage  a été un grand soulagement, -enfin on est arrivés, entiers!- et si je n'ai pas été la première à descendre, j'ai été la deuxième. Sauvée,ouf!
Objectivement, le vol s'est pourtant très bien passé, pas de turbulences, un atterrissage parfait , en douceur, rien qui soit  inquiétant. Mais bon, je crois que ce genre de réaction, ça ne se contrôle pas trop. Alors que pourtant,  je n'ai aucune appréhension à prendre le train......
Enfin Fiston est venu me chercher, en retard, car il a essuyé un déluge sur l'autoroute.
j'ai eu droit  la petite visite de Saint Nazaire, avec le temps de saison, gris, froid, venteux, pluvieux, un vrai temps breton! (certes on peut chipoter, breton, pas breton, pour moi c'est bien trop loin pour faire la différence!)

Le pont,  majestueux et  spectaculaire,  (mais qu'il faisait froid!)

Les chantiers navals (incontournables!) aussi très impressionnants

Et le lien avec le travail du fiston  qui travaille, non aux Chantiers, mais à Airbus, sur l'A380 . Ce bateau sert à acheminer les différents morceaux d'avions fabriqués ailleurs.
Il m'a montré aussi les ateliers airbus -immenses- la piste d'atterrissage, les avions navette qui transportent les différentes parties des airbus en cours de construction,(c'est un peu compliqué comme organisation, je n'ai pas tout suivi .....mais bon je suppose qu'il y a de bonnes raisons!)
Demain  (ou après demain) la suite de la visite!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.