samedi 10 septembre 2011

Le prix de la flemme

L'autre soir, avec Marichéri, rentrant d'une virée rapide dans la campagne profonde, il nous a pris la flemme de nous  faire à manger.....
Bien entendu,  pas question de manger chez l'américain ; là, je préfère nettement me priver de dîner.

Sortis de l'autoroute, la seule cantine ouverte et possible à cette heure tardive, (21 heures est-ce tard, réellement?)  c'est la "cafèt" du carouf du coin.
Va pour le flunche, alors.....

Nous nous dirigeons vers l'entrée, fermée, faisons le tour par "l'entrée du dimanche" et nous voilà devant le "chemin de roulement", après avoir tenté de trouver un plateau pas trop ébréché....
Eh bien, force est de reconnaître que c'est assez vide; plus de salade, plus d'assiettes de ci ou ça....

Quant aux desserts, c'est le désert....
Plus de salade de fruits, sauf une misérable coupelle toute fanée, une seule mousse au chocolat, une demi part de flan toute rabougrie, bref ça sent la fin de journée.....

Poursuivant notre progression, nous arrivons devant la banque des plats chauds...
-ah je vous préviens tout de suite, les galette, yaplus, la brandade yaplus, le plat du jour, yaplus.....l'entrecôte non plus!
Reste le "pavé de poisson florentine", et les spaghettis bolognaise. Ou le steakaché.

 Consternés, mais affamés, nous nous résignons.
Pour l'homme ce sera des spaghettis,  et pour moi, une assiette de légumes ; mais là aussi, même consternation, il ne reste en fait de légumes que des courgettes "vapeur" qui doivent vapeurer depuis le début de l'après-midi, faisant bien triste mine, des carottes du même acabit ( ce ne sont pas celles-ci qui vont me rendre aimable!), trois frites molles qui se ratatinent au fond d'une gamelle, et du riz qui a l'air à peu près présentable... Comestible, c'est moins sûr!

L'assiette remplie, nous nous asseyons....
Le bruit du rangement des casseroles  et des marmites nous chasse plus loin.
Aussitôt assis, c'est la  musique assourdissante qui nous fait fuir!
nous voilà repartis avec nos plateaux dans un autre coin à peu près tranquille, mais là, c'est la clim à fond qui nous accueille d'un grand vent glacé; l'homme se sent rafraichi, moi, congelée en deux minutes chrono!

Moins d'un quart d'heure plus tard, nos deux assiettes sont vides, et nous nous sauvons sans traîner.
Bilan:
pour moins de 18 euros, nous avons mal mangé dans un cadre désagréable.
Le prix de la flemme.....................

3 commentaires:

  1. J’adore ce règlement de comptes !! Perso, je ne fréquente jamais ce genre d’établissement et je préfère l’américain (moins d’une fois par an sinon mes artères se bouchent à la moindre évocation de ce tripot). Au moins, tu sais quel genre de cochonneries tu ingurgites et tu peux t’en débarrasser le lendemain.

    RépondreSupprimer
  2. c'est bien vrai que le flunch est assez dégueulasse surtout si tu arrives à la fin là c'est carrément pire que tout.
    Le principal étant qu'il ne t'ait pas achevé.
    FM

    RépondreSupprimer
  3. @Fille Ainée: ah non l'américain, c'est juste pas possible -manger avec ses doigts pouahbeurk- et depuis que ma fille y a travaillé c'est encore plus nonnonnon! Et bienvenue à toi!

    @Lilou: en effet! ça fait réellement "cantine", vraiment pas agréable du tout. Non je ne suis pas achevée mais après j'ai bu de grands bouteilles d'eau (je précise!)toute la journée!
    FM

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.