mercredi 23 novembre 2011

Une liseuse?

Je raffole de ce terme!
Pour moi une liseuse, ça n'est rien d'autre que cette petite chose en laine, qu'on jette sur les épaules frileuses des dames quand elles lisent au lit.
Ma BM m'en avait offert une qu'elle avait réalisé au crochet, et que j'aimais beaucoup; (qu'est-elle devenue au fait?)


En Modernie, la liseuse, c'est  une bibliothèque entière casée dans 200 grammes d'électronique.Extra, non?
Mon âme de cyberquiche n'a pas résisté longtemps à  ce nouveau joujou moderne, et j'ai voulu savoir ce que c'était et comment cela fonctionne....

La première chose qui m'a sauté aux yeux, c'est la légèreté:  chaque fois que je voyage en train, ce sont 3 à 4 livres que j'embarque, minimum! (des fois que je manque de lecture)
C'est lourd et ça prend de la place.  Remplacer tout ça par un bidule électronique glissé dans le sac à main,c'est une idée génialement lumineuse!

Nantie de cette certitude, je suis partie à la pêche aux informations, et j'en reviens bien déçue:
D'abord la liseuse, c'est cher, horriblement cher!
 On en trouve maintenant certaines à moins de 100 euros, mais au départ, c'était tout de même 250 euros qu'il fallait investir.

 On aurait pu penser qu'une fois l'investissement digéré, on avait accès de bibliothèque immense.
Las, ça ne fonctionne pas comme ça!
Autant de fabricants, autant de format de fichiers différents et pas compatibles, bien entendu!
Donc un accès "fermé" si vous achetez une liseuse" Machin" elle ne pourra lire que les livres proposés par la bibliothèque  de l'éditeur Machin (ou Truc qui est affilié à Machin)
Mais impossible de télécharger des fichiers d'un autre format, même si le livre qui vous intéresse vient d'une autre  e-magasin.


Ensuite, je pensais naïvement (!) que puisqu'on économisait tous les frais d'impressions -fort coûteux-, on diminuait le prix du livre; logique non?
Ah ben non  pas du tout!
En vertu du "prix unique" et autres blablas foireux, le livre qu'il soit papier ou électronique est au même prix!
Encore plus fort: certains livres papiers en format poche sont au prix "poche" c'est à dire moins de 10 euros environ,  alors leur pendant électronique est toujours au prix de la première édition, savoir entre 15 et 20 euros....
Toujours motivé pour acheter une liseuse?

Comme si ça ne suffisait pas, certains éditeurs ont inventé les DRM, pour empêcher les piratages (tiens tiens)
Concrètement un e-livre acheté  est "protégé": on ne peut le télécharger qu'un nombre de fois précis (4 ou 5) on ne peut pas le copier (hou le vilain mot!) même sur son propre ordi, encore moins le sauvegarder, ni même le transvaser sur une autre liseuse si celle-ci est cassée ou qu'on la change pour une plus moderne. Autrement dit on paie, mais on n'a pas vraiment le droit d'utiliser son livre; on peut tout au plus le consommer....(je vous renvoie à cet excellent article bien plus clair  ici)

Tout cela est stupide et décourageant.
A force de considérer les gens comme des coupables en puissance et à empêcher à priori les possibilité de "fraude" même envers les personnes qui ne pensent pas à mal, on dévie complètement la perception de l'achat honnête et basique.
J'en ai un peu ras-le-bol d'être prise pour une malfaiteuse à chaque pas que je fais dans la vie virtuelle!

A mon idée,  le livre électronique est une super invention, qui n'a pas vocation à remplacer le livre papier; les  deux peuvent cohabiter car ils n'ont pas les mêmes utilisations. Si  une liseuse est adaptée à la lecture "au kilomètre", elle ne vaut rien pour les "beaux livres",  qu'on achète pour leur belle mise en page et photos. On peut considérer une  liseuse comme appoint de lecture, et continuer à s'entourer de piles de livres qui montent qui montent autour de son fauteuil préféré. Car une maison sans livre serait bien triste! (mais déménager un appartement d'étudiant et s'économiser le transport des caisses de bouquins, ça peut être sympa aussi!)

A ma connaissance, pas de livres de loisirs créatifs encore en bibliothèque virtuelle; j'attends avec impatience de savoir si ça sera possible et ce que ça donnerait......

Mais, franchement je suis découragée par le parcours du combattant que c'est d'en acheter une et de la nourrir, et écœurée de devoir payer payer payer juste pour remplir les poches de certains gros poissons qui ont déjà de quoi manger jusqu’à s’en faire une indigestion.
Alors la liseuse? Oui, mais.....

En attendant, je retourne aux bon vieux livres de poche....


Filo

2 commentaires:

  1. Mon mari m'a offert un Kindle, et je suis ravie. Je peux télécharger les livres proposés sur Amazon (il y a tous les classiques gratuits), je peux également télécharger sur d'autres sites gratuits au format PDF. Je télécharge sur mon ordi, et je transferts d'un coup de souris sur mon Kindle.
    J'en suis ravie, le confort de lecture est le même que sur le papier.
    Le seul réel inconvénient que j'y vois, c'est qu'on ne connaît pas le nombre de pages (sauf en format PDF). C'est le pourcentage qui est indiqué. Feuilleter en avant ou en arrière est difficile si on veut sauter des chapitres.
    Bien entendu rien ne remplace le livre, mais pouvoir transporter une bibliothèque en vacances, dans le train, ou dans son sac est idéal. Ne plus avoir à lire les magazines peoples chez le médecin, mais un classique est du bonheur !
    Et sa batterie dure un mois !

    RépondreSupprimer
  2. @Alphonsine: Ah merci de ton témoignage! J'ai vu qu'Amazinzin fait un matraquage publicitaire forcené pour son kindle. A priori, pour moi son plus gros défaut était que ses titres sont surtout disponibles en anglais...
    Et quant au prix d'un ebouk, je refuse de le payer au même prix qu'un livre papier, ça c'est vraiment du mépris pour le consommateur!
    Mais je continue à me tenir au courant, je finirais bien par l'avoir, ma Lisette!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.