mercredi 14 décembre 2011

De justesse!

Comment le décrire?
C'est un objet qui fait partie de l'histoire familiale, voilà!
pas un objet  indispensable, ni vraiment beau,  ni franchement nécessaire, mais familier....
Et comme tous ces mille-et-un-objets pas tout-à-fait utile, il arrive un moment où......
Je vide, je déblaye, j'évacue, je poubelle........

Sans que les enfants ne trouvent rien à y redire, une partie de ces vestiges disparaissent.
Et puis pour d'autres, allez savoir pourquoi, j'essuie des refus (féroces).
-Enfin Mâman! Tu ne vas pas jeter ce TRUC? Mais c'est un SOUVENIR!
Ah bon. Va pour la petite voiture rouge (ou verte) dans le panier  des indéfectibles.....

C'est ce qui est arrivé au coupe-frites.....
Je vous demande un peu?
UN souvenir, le coupe-frites? Ben si!

Il faut reconnaitre que je n'ai pas fait souvent des frites à la maison: c'est assez, hum, prenant comme odeur,  et il y a toujours une montagne de vaisselle à faire après: ah, les joies du dégraissage de la friteuse!
Pourtant un jour de folie, ou de trop grande bonté , j'ai acheté ce bidule.
La grande joie des enfants, était, on pouvait le deviner, de tailler les frites à l'aide de  l'appareil.
S'il servait deux fois par an, c'était son maximum syndical.
Mon argument: frites à la cantine, légumes à la maison!

A l'occasion du dernier vidage de placards de cuisine, et vu qu'il n'y a plus d'enfants pour réclamer des frites, le coupe-frites a suivi l'ordre logique, et a fini à la poub...stooop!
Prise d'un subit remord (mondieu les povchéris) je n'ai pas osé jeter l'ustensile! (faut-il aimer sa progéniture tout de même)
Comme beaucoup d'autres, il est allé s'échouer dans un no man's land sous le hangar, où voisinent en toute amitié des carafes sans bouchon, des livres illisibles et des morceaux de pièces de ?(moteur?)

Deuxième acte:
MariChéri , pas plus tard qu'hier:
-Moi j'ai envie de manger des moules-frites à midi. Je vais à Tamaris acheter les moules, t'a des patates? Ou tu préfères que j'achète des frites surgelées?
UN oui/non plus tard, et le mari expédié, je farfouille frénétiquement à la chasse au?.....
Coupe frites, vous l'aviez deviné!

Et là un doute horrible m'étreint: Serait-il possible que j'eusse déjà jeté l'objet? 
Il m'a fallu retourner tous les  placards de cuisine et salle à manger, avant d'avoir l'idée d'aller chercher sous le hangar.....
Et ouf, la petite chose était toujours là! Certes, son carton était bien abimé, mais il était entier!
Bien brossé et lavé, il a repris du service sans faiblir. Et je lui ai promis que je ne l'exilerais plus, et qu'il avait gagné droit de cité dans ma cuisine.






















Avouez, qu'il eût été dommage de se priver  de ce magnifique disagne italien, non?
(et pour les curieuses, non les frites n'étaient pas si bonnes que ça, la faute aux patates qui n'étaient pas de la qualité qui va bien, mais les moules en revanche-cuisinées par l'homme lui-même-, étaient délicieuses!)

Filo

4 commentaires:

  1. Ouf, quelles péripéties pour des frites !
    Mon mari a acheté l'engin (coupe-frites), et j'ai crié au scandale lorsque j'ai entendu le prix. Bon, à raison de quatre séries de frites par an, il sera rentabilisé dans 10 ans. Y'a plus qu'à attendre !

    RépondreSupprimer
  2. @Alphonsine: Si cher que ça? Te reste plus qu'à faire des frites toutes les semaines, alors! ;))

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi je n'ai toujours qu'un bon couteau et un fusil pour l'aiguiser?.... Ah oui! Je fais des frites qu'une fois tous les dix ans!

    RépondreSupprimer
  4. @MamyS: une fois tous les 10 ans? Wahooo, elle sont méritées alors!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.