lundi 12 décembre 2011

Le lundi au téléphone

 Ah la merveilleuse invention!
Nos parents ont connu les balbutiements de cet engin, et se souviennent encore des "demoiselles des postes", les opératrices qui vous connectaient à l'aide de leurs fiches....
Et économisaient leur temps de parole, ou plutôt, comme BM rentabilisaient à fond les quelques minutes allouées en parlant avec une vélocité, qui n'avait d'égale que celle de l'interlocuteur, de l'autre côté de la ligne.
En 3 minutes top chrono, on avait fait le tour de la parentèle (élargie), des bonnes et mauvaises nouvelles familiales, sociales, politiques et conciergé à perdre haleine et on raccrochait avec l'impression d'avoir vaincu le couteux chronomètre téléphonique. Et sans avoir rien compris de ce qu'avait raconté l'autre personne en face, mais tant pis!


Aujourd'hui, le téléphone est devenu aussi banal et indispensable que l'eau courante.
Et tout aussi banalisée est la publicité par téléphone...
Et c'est là que je voulais en venir, car enfin , si le téléphone est devenu cet instrument bien pratique, il est aussi le support -insupportable- de ces agressions attaques téléphoniques que nous avons bien du mal à déjouer.

Les plateformes qui n'hésitent pas à nous déranger aux heures où on rentre chez soi lessivé, aux heures  de "coup de feu" des  familles, savent bien qu'elles peuvent compter sur notre culpabilité: on ne raccroche pas au nez des gens , c'est mal poli!
Au moment où, la casserole en train de brûler est sauvée de justesse grâce à votre œil vigilant, où le petit dernier vient déballer tous ses cahiers pour faire ses devoirs-avec-maman, sur la table de la cuisine, déjà encombrée des légumes pour la soupe et du sac de l'homme posé négligemment plof, sur un coin, et que vous sermonnez vertement n°1 campe qui sous la douche depuis déjà 20 minutes, anéantissant la réserve d'eau chaude pour la semaine,  que n°2 brâme après ses affaires pas lavées/mal lavés/rétrécies/qui ne sont pas les siennes (oups, erreur d'aiguillage!), c'est le moment idéal que choisit le téléphone pour sonner de façon impérative....
Ca sent le vécu, n'est ce pas?
Dans ces cas-là d'ailleurs, le vendeur est rembarré vivement d'un "j'ai pas l'temps!" aboyé plutôt que parlé, et la mauvaise humeur  de la mère débordée se soulagera sur la marmaille qui a intérêt à filer droit -pendant 5 minutes, le temps que ça se calme! Mais faites confiance à nos chères têtes blondes pour revenir à  l'attaque bien aussitôt!


En revanche, plus d'enfants, plus de presse le soir, aussi les démarcheurs espèrent tomber sur une oreille attentive, voire amicale (!)

J'ai donc pu suivre l'évolution des improbables téléphonique:
au départ, on a commencé modestement à me fournir une cuisine aménagée. Avec salle de bain incorporée. (des fois que)
Puis on est passé aux mensuiseries, volets portes et dieusaitquoi encore.
Après, on a eu la grande vague des termites; ouh la la c'est mauvais, ça ronge le bois ya urgence!
Ensuite, les chaudières, et dans la foulée des climréversibles (oser me proposer une clim, à MOI! J'en ai mordu pour moins que ça!) et les pompàchaleur.... (l'usine à gaz c'est pour quand?)
Et la grande vague des capteurs solaires, au nom si compliqué! Celle-ci a duré longtemps, et a connu un pic au moment où les mesures ont été abrogées modifiées -prendez moi bien pour un gros pigeon, léon!- comme par hasard!
Histoire de ratisser large, on a voulu et insisté pour me faire profiter de réductions d'impôts mirifiques, pas moins.
avant de se soucier de ma santé "et votre mutuelle alors, vouzypensez?"
Et aujourd'hui, nouvelle attaque:
Invitation à déjeuner dans un restaurant oui oui, gratuit, et je peux même, quelle aubaine!- inviter un couple d'amis!

Alors qu'est ce que sera leur prochain assaut?


 Filo

4 commentaires:

  1. J'ai eu trois fois la même dame qui s'adressait à moi pour une offre qu'on réservait au propriétaire. je suis locataire. Seulement au propriétaire. je suis toujours locataire depuis avant-hier. Vraiment que pour les proprié-.... Passez-moi votre chef........................................... Silence.

    RépondreSupprimer
  2. j'avoue,chaque fois qu'il y a un coup de fil comme cela.....je suis mourru cela coupe cours à tout, très rapide,..etc.. et j'en passe sans aucune mauvaise conscience en plus.
    FM

    RépondreSupprimer
  3. Chez moi ça ne sonne plus... ils doivent savoir que je suis trop occupée... Sfr a essayé de me relancer : "nous vous avons quitté sans état d'âme, parce que nous avons reçu un meilleur accueil chez Orange..."
    Ce qui m'agace le plus, ce sont les préposés à chercher les puces : "vous avez fait la révision de votre voiture, êtes-vous satisfaite ?" Je me dis quand même que ma facture eut été moins élevée s'il n'y avait pas la nécessité de payer ces gens qui ne sont pas au moulin mais qui notent les critiques...

    RépondreSupprimer
  4. @MamyS: importun et bouché en plus!
    @Llou: oui bonne idée, encore faut-il y penser!

    @Alphonsine:Bravo d'avoir si bien déjoué les pièges!
    J'ai eu moi aussi affaire au délégué satisfaction pour la carte kangourou;c'est qu'on n'ose pas les envoyer bouler du premier coup et on perd des heures à déjouer leur argumetaire, ils s'accrochent, eux!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.