samedi 7 janvier 2012

Tatonchargeur!

La technologie moderne c’est quelquefois bien pratique !
Autrefois, on avait recours pour correspondre aux signaux de fumée, ou au sémaphore, pas follement simple à mettre  en œuvre !
Mais aujourd’hui, par la magie d’un peu d’électronique, et un joli boitier, on n’est plus coupé du monde ! UN p’tit coup de fil et hop on se donne rendez –vous (ou pas) on sait qui attendre et à quelle heure, c’est merveilleux !
Oui, mais voilà, ce mini-colosse, monstre de technologie embarquée (j’adore cette expression !) possède une faille, comme son illustre prédécesseur de Rhodes, colosse de bronze aux pieds d’argile….
…sous la forme d’un modeste boitier noir rectangulaire, j’ai nommé « le chargeur » ; ce petit animal, à défaut d’avoir les honneurs du devant la scène, est d’une susceptibilité chatouilleuse, couplée à une timidité d’envergure mondiale, si si !
L’emmenez-vous avec vous ? Il n’a de cesse de se perdre au fond du sac. Le laissez-vous à la maison ? De rage, il va se cacher, et pour le retrouver, il vous faudra faire montre de beaucoup de patience et de subtilité !

Quelquefois, par la chance de la fraternité d’opérateur, il peut se faire que les chargeurs soient « compatibles »,  et c’est un grand soulagement pour les malheureux  drogués du téléphone de savoir qu’ils vont pouvoir déjouer les farces de leur insupportable
Dans ce cas-là, le chargeur devient mauvais, carrément, et n’hésite pas à se transformer en troll de téléphone, vexé d’être supplanté ainsi…

C’est ainsi que nous faisons les frais d’une vengeance de chargeur depuis une semaine……
Acte 1 : nous partons pour un ouicaine hors maison avec arme-zet-bagages, impédimenta divers et variés, un genre de remake du déménagement de « La Gloire de mon Père ».
Acte 2 : retour très mouvementé et laborieux…jusque -là, le drame n’a pas encore éclaté.
Acte 3 : lundi matin, retentit le clairon affolé de l’homme « mon chargeur a disparu ! » et son téléphone est -bien entendu- moribond. Curieusement, ses neurones sont vite connectés, et c'est au cri de « tatonchargeurtoi ! »qu'il sauve son téléphone, non sans essuyer une bonne dispute conjugale (nan je prête pas on chargeur/mais j'en ai besoin!/moizaussi! etc etc etc....)
Acte 4 : Vengeance du chargeur :
Le téléphone disparait à son tour !

Cette fois-ci, c’est la guerre!!!!( et non c'est pas moi, promijérienfé!)


Filo

4 commentaires:

  1. Ah bon, les chargeurs avalent les téléphones à présent ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est vrai que souvent quand on reçoit du monde y'en a un pour demander si t'aurais pas un chargeur d'iPhone ?

    RépondreSupprimer
  3. @ALphonsine; des fois, c'est à se demander! Pourquoi, ça ne t'est jamais arrivé, ce genre de mésaventure?

    @LaFéeduLac:pfff, comme si tout le monde carburait à l'ifone!

    RépondreSupprimer
  4. Non, je n'ai jamais perdu de chargeur. Il est toujours rangé au même endroit, et je suis sévère avec lui, ce qui explique peut-être qu'il n'ose plus bouger.
    Je me sers peu de mon portable, et je ne l'ai jamais égaré non plus. Lui aussi a sa place attitrée (à peu près). J'ai horreur de chercher mes affaires, c'est une perte de temps et d'énergie... alors j'essaye d'être ordonnée... je t'avoue que c'est parfois un voeux pieux !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.