mardi 13 mars 2012

SéKomSa épicétou!

Plaignez moi plaignez moi!
Je vais vous jouer aujourd'hui la complainte de "la fille qu'elle est trooooooooooop gentille".
A la base je suis une grande timide, une vraie, qui continue à rougir quand on lui parle (malgré mon âge plus que canonique, ouille) surtout s'il s'agit de réflexions, remontrances et autres remarques assassines.
Et qui ne sait pas plus répondre, sauf peut-être "excusez moi, merci bien" quand on lui marche sur les pieds.
Crucruche, quoi
Et, par conséquent, assez solitaire, voire indépendante.

Bon, les années passant, les choses se sont modifiées, à défaut de s'arranger, car timide ou pas, quand il faut se battre avec les impôts et les banquiers, on apprend à" y aller", de gré ou de force.

Mais voilà qu'aujourd'hui dans le cadre de mon engagement professionnel, je suis de nouveau confrontée à mes vieilles galères...
Passant du statut de simple collaboratrice à celui de "chef", c'est moi qui suis en première ligne.
Je n'ai pas peur d'assumer les responsabilités que cela implique, (manquerait plus que ça!) mais j'ai bien du mal à assoir mon autorité à l'intérieur du groupe.
D'ailleurs je  n'y arrive pas, et c'est bien là le noeud du problème.

Si bien que la semaine dernière, à l'occasion d'une discussion, je me suis fait critiquer vertement, mais indirectement. Comme cela s'est passé par téléphone, et que surtout c'était une conversation amicale, sur le coup je n'ai rien répondu -même si j'ai pensé que. Tout de même, j'ai beaucoup d'amitié pour cette personne, (et je pense que c'est aussi pour ça que je n'ai pas su/pu/voulu répondre),et je suis persuadée qu'elle ne s'est pas vraiment rendu compte de la portée de ses paroles: je pense qu'elle était dans le droit fil de ses soucis, et n'a pas réalisé qu'elle outrepassait ses fonctions.(Il faut reconnaître qu'elle est le pilier et la mémoire de notre groupe, aussi connait-elle absolument tous les rouages)(mais prétendre que c'était mieux du temps de Machine, même si c'est vrai, ça n'est pas une critique constructive, zutalors!)

Il m'a fallu trois jours de ruminage intensif (oui 3 jours) pendant lesquels je me suis sentie à la fois en colère (de quoi elle se mêle), dégoûtée (ça sert à quoi que je me décarcasse), et surtout découragée, complètement démoralisée....avant de fondre en larmes le lundi matin (heureusement que mes billets sont programmés, vous auriez eu droit à une grosse flaque d'eau salée en guise de  blog, sinon!)

Gros dégâts au chapitre de
-mon estime perso( je ne suis JAMAIS sûre de moi)
-ma capacité à faire face à tous ces engagements, d'autant plus lourds que je ne connais pas tout et découvre au fur et à mesure
-ma combativité (face à des personnes négatives, au bout d'un moment on lâche prise)
-énorme angoisse pour la prochaine échéance (réunion tout ce qu'il ya d'officielle, avec ban, et arrière-ban: JAMAIS je ne saurais faire, et faire face!!)

Alors je cherche des recettes pour  être capable de dire, droit dans les yeux:

- J'ai Décidé, SéKomSa  épicétou!
 Sérieusement, je ne crois pas que j'en serais capable un jour....

7 commentaires:

  1. Lundis donc journée de la larme tien on aurait du se voir, à nous deux on remettait la nappe phréatique à niveau.

    Dis toi une bonne chose quoi que tu fasses il y aura toujours un ou une pour estimer qu'avant c'était mieux et patati et patata.

    Et puis quand vraiment tu sens comme un air de Moi je sais et toi t'y connais rien.
    Imagine la personne au toilette en train de faire une grosse commission, tu verras cela va changer ton regard sur elle ou lui.

    FM et t'es la meilleur

    RépondreSupprimer
  2. @Lilou: Mouarf, ça c'est du conseil de premier plan!!!
    FM! AU fait: on est les meilleures, bien sûr!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai pensé à toi, je viens de recevoir une pub pour "Transformer ses réactions personnelles", c'est organisé par les Ateliers de Croissance Personnelle.
    Je ne sais pas s'il y en a dans ton coin.
    Ce qui est certain, c'est que nous sommes tous en proie aux mêmes difficultés. Est-ce que des stages aident vraiment à passer le cap, c'est possible si on trouve le bon.

    Bon courage !

    RépondreSupprimer
  4. @Alphonsine: merci! L'association dont tu me parles est à Strasbourg, et apparemment n'a pas d'antennes ailleurs...
    Mais bon , je vais m'en sortir quand même, comme tous les moments bien désagréables qu'on doit passer!

    RépondreSupprimer
  5. Il existe certainement des associations qui oeuvrent dans le même sens dans ta région. Le tout est de trouver des gens sérieux. Il existe également des livres sur cette question. Isabelle Nazare-Aga a écrit des livres remarquables sur différents sujets (manipulation, savoir approcher les autres). Elle est très concrête et propose des pistes intéressantes.

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Filo,
    Ne t'inquiète pas, ça m'arrive moi aussi! Du coup, quand je fais fasse à une classe d'ados qui a la dent dure, j'ai découvert que le truc, c'était de "faire comme si" je savais exactement ce que je faisais... J'exsude donc le zen et la confiance et le calme alors qu'à l'intérieur, c'est questions et tremblotttte ;-) Et ça passe comme une lettre à la poste, dis donc! Bon courage! ~Lilychocolat

    RépondreSupprimer
  7. @Alphonsine: le biais livresque me "parle" plus, je vias voir les livres dont tu parles.

    @Lily-chocolat: Ah merci, je vais suivre ton conseil -"la zénitude est mon point fort", c'est ça?
    Et bienvenue ici!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.