lundi 16 avril 2012

Je n'ai plus rien à me mettre!

Je trouve au moins une fois par an l'occasion de replacer cette phrase, rien que pour le plaisir de voir l'air incrédule et ébahi de MariChéri...

Il faut bien dire que j'ai un modèle d'homme qui se soucie de mode comme d'une guigne, qui s'habille, par hum, décence et commodité, et ne voit pas en quoi s'habiller PEUT être un problème...
Du lundi au samedi, même tenue: bleu de travail,+ ticheurt bleu+ sweet bleu+ chaussures de sécurité (oui, même à la maison!)
Le dimanche, tenue de sport, dotation du club (heureusement, sans quoi, il viendrait encore en bleu de travail)
En cas de Sortie, UN pantalon en toile kaki -le même toute l'année-et UNE chemise (abominable, usée) à carreaux gris/kaki/vert.J'oubliais l'inénarrable paire de mocassins à pompons, achetés par sa maman, quand il avait.....16 ans!
Vous comprenez pourquoi il était absolument Urgent et Indispensable de lui faire investir dans un vrai costume avec une vraie paire de chaussures,  pour le Mariage, tout de même!

Il faut dire aussi que l'Homme, en matière de mode vestimentaire, a des idées bien arrêtées.... à l'année 1959
Ouaip.
Forcément, ça complique un peu beaucoup les choses, quand je me mets en tête de tenter de le "rhabiller".
Pour lui, il faut impérativement que le pantalon ait le pli devant, bien marqué écrasé -même pour un jean! (arggh je meurs), que ça "casse" comme ci et pas comme ça sur le coup-de-pied, et plus long derrière (presque à balayer par terre, nonmais chéri on n'est plus en 70!)
Que la veste soit taillée pour avoir le premier bouton presqu'au niveau du nombril -m'enfin ça ne se FAIT plus depuis 50 ans!Oui maimoi, c'est comme ça que ça me plait!-
Heureusement pour moi il ne supporte pas d'avoir le cou étranglé, sans quoi, on était bon pour le pull colroulé sous la veste, façon mode belle-maman (et après le monde s'étonne qu'on déteste sa belle-mère!)
Et je vous passe les pulls home-made des années 70 en grrrrrrosse laine marron, à jacquard beige, avec les fausses poches en biais, ou les hideux boutons façons faux-cuir...ou les gilets immmmmmenses d'un bordeaux improbable (chiné bleu...)

Oui, je passe, car si nous avons -pieusement- conservé toutes ces reliques, le fait est que l'homme a pris du volume et de l'ampleur, depuis l'époque heureuse de sa jeunesse!
Exit donc, les magasins de mode masculine, dont les plus grandes tailles frôlent péniblement un maigre 46....
(Mais quelle idée, aussi, de vouloir l'amener dans un tel endroit!)
Pas mieux pour les magasins un peu plus "classe" (hum) dont les prix interdisent absolument à l'Homme effaré de pénétrer dans de tels lieux de débauche financière.....( je pense que la grille des prix "acceptables" de l'homme est restée bloquée en 1978!)
Reste... le marché, le bazar et les magasins vraiment premier premier prix, et là c'est moi qui hurle au vu des horreurs que cela donne:
-non maisqu'est ce que c'est kse sac?(air horrifié de madame)
-ben quoi le pantalon que j'ai acheté (monsieur tout fier)
-et tu l'as essayé? ( vague espoir de pouvoir le rapporter au magasin...)
-ben non, pas la peine, c'est ma taille ça ira, et puis à 5 euros pièce j'en ai pris 3 comme ça tu seras tranquille
-.........

(véridique!)
Quand je vous dis que l'homme est totalement imperméable au concept de "mode vestimentaire"!!

Finalement c'est surtout lui qui n'a rien à se mettre, mais il s'en moque!

2 commentaires:

  1. Ca m'amuse... c'est presque pareil ici, sauf que l'affreux pull beige aux motifs bien moches a été relégué dans les vêtements de bricolage. Et le pire, c'est que c'est de la qualité : après 22 ans de mariage et certainement autant de vie célibataire, ce pull commence tout juste à montrer un peu d'usure.

    RépondreSupprimer
  2. @Alphonsine: Ca oui, c'est bien pour ça qu'on les traîne à l'infini! :mais pourquoi tu veux le jeter, c'est pas abimé!;))

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.