samedi 12 mai 2012

Petite jupe d'été, patron CoupéCouzu

Pour un premier essai de patron français, j'avoue avoir été un peu déçue....

C'est en farfouillant me promenant dans la mercerie Tree Cottage que j'ai vu cette collection de patrons.
(Ceci dit, je vous recommande cet endroit, la mercière est une jeune dame très sympathique, et qui a un stock assez impressionnant de nouveautés. Rien en lui fait peur, broderie, tricot couture, tissu, feutrine,  et même un peu de scrap, bref à peu près tout ce qui a trait au loisir créatif, dans une décoration soignée. Et elle propose pas mal d'ateliers variés qui permettent d'apprendre ou de se perfectionner dans une technique. )

En réalité, j'avais déjà croisé les patrons CoupéCouzu sur un stand à un salon (Marseille?Montpellier?) et je n’avais pas vraiment adhéré au concept, simplifier la couture pour les débutantes. A l'époque, c'était vraiment au tout début du lancement, elle n'avait guère qu'une toute petite série de patrons, principalement pour enfants... Bof.
Aussi quand , à la boutique, j'ai vu cette pochette d'une jupe patineuse  taille femme, tiens, pourquoi ne pas essayer?

Alors c'est vrai les explications sont claires (quoique...) le patron en taille réelle est dessiné sur du papier solide (ah le bon temps des patrons en papier de soie, pliés et repliés dans leur toute petite pochette!) les tailles sont bien différenciées.
Mais je voulais un vrai "patron" avec une vrai fermeture à glissières, pas un élastique! Dans ce modèle, il s'agit de finition que je qualifierai de " pour les jupes des petites filles"!
Parce que, oui dessiner un quart de jupe sur du papier ça je sais faire et j'ai déjà fait (j'ai à mon actif une jupe parachute  faite maison) mais ce qui coinçait et que je cherchais, c'était justement la ceinture en forme et la pose de la glissière!
En fait si les fournitures avaient été notées sur le dos du patron, comme tout patron qui se respecte (bah oui j'ai déjà fréquenté du Burda moimadame!) j'aurais bien vu que ça n'allait pas être ce que je cherchais....

Bon, comme j'avais le patron, et  le joli tissu, je me suis quand même lancée!
Forcément, je n'ai pas trop suivi les explications, c'était vraiment un montage simplissime.
Un détail me chiffonne pourtant, Alphonsine, c'est une question pour toi:
J'ai toujours appris que le surfilage se faisait AVANT la couture; or, ici c'est systématiquement exécuté ensuite. Ca ne me parait pas logique....Ai-je tort ou raison?
Surtout dans des pièces taillées en biais comme ici, quand il faut monter la ceinture, il me semble plus simple d'avoir déjà le surfilage fait, ça me permet de "caler" le bord de couture; il faut dire que j'ai fait de gros progrès de précision en coupe, fini le temps de "à l'arrache deux centimètres autour, on verra bien" -avec des ciseaux qui machouillent hum le bonheur!-

Au final, c'est vrai qu'elle "tombe" bien, les coutures sont raccord(j'ai fait des progrès, je vous dis!) , mais rien à faire, je ne suis pas satisfaite du système d'élastique -que j'ai remplacé par un ruban, car, devinez je n'ai plus un centimètre d'élastique dans cette maison!-
J'ai rallongé de 5 centimètres la longueur, comme toujours les patrons sont toujours taillés trop court, ou alors c'est moi qui ait de trop grandes jambes?

En photos:




Maintenant que j'ai ma jupe, est-ce que l'été et la chaleur se décident à arriver, OUI OU NON?

Filo

5 commentaires:

  1. Je me permets de répondre à ta question: quand j'ai appris à coudre (il y a loooooongtemps!) le surfilage était une finition, qu'on faisait donc à la fin. cependant, quand je pratiquais la couture un peu plus assidûment que maintenant, je me suis mise à surfiler avant lorsque je travaillais des tissus qui s'effilochait trop facilement, ou sur des tissus fins.
    J'ai me bien ta jupe!

    RépondreSupprimer
  2. Je surfile avant ou après, c'est selon... et comme MamyS, systématiquement avant pour un tissu qui s'effiloche facilement.

    Depuis que j'ai une surjeteuse, je surfile après la couture en prenant les deux épaisseurs dans le même surjet et en couchant la couture sur un des côtés.

    Je ne surfile pas le haut de jupe qui est pris dans une ceinture, ni une veste entièrement doublée, parce que le tissu caché ne s'effiloche pas.

    Après ces considérations, j'affirme haut et fort que ta jupe est vraiment très jolie, et que je te souhaite beaucoup de soleil pour l'étrenner.

    RépondreSupprimer
  3. @MamyS:Ah, alors nos profs de couture avaient des méthodes différentes!


    @Alphonsine:ah c'est sûr avec la surjeteuse c'est différent! Est ce que par hasard, tu ne pourrais pas faire un billet sur ta surjeteuse, pour expliquer aux pauvres "arrierées" de la couture ce que c'est que cette bête, à quoi ça sert vraiment (oui à surfiler, certes, mais encore?)est- ce que c'est si difficile d'emploi?


    En tout cas, merci de vos éclaircissements!

    RépondreSupprimer
  4. Je peux faire un billet, mais je peux t'expliquer immédiatement : tu enfiles 4 fils.
    Tu passes ton tissus, un couteau coupe le bord (tu détermines la largeur), et les 4 fils viennent s'entourer autour de la bordure du tissu. Tu peux piquer et surjeter à la fois, puisque si tu surjette avec 4 fils, le fil de gauche tient lieu de couture. Si tu surjette avec 3 fils, tu n'obtiens que le surjet sans la couture.

    Tu peux également faire des surjets sans le couteau, roulotter des foulards ou des ourlets.

    Les finitions sont royales.

    Voilà pour les côtés positifs. Les réglages sont difficiles pour les non initiés (j'ai encore du mal), de ce fait, je fais ma couture avec ma machine à coudre, puis je surjette la valeur de couture. Je ne connais pas tout le potentiel de ma machine, mais je ne pourrais plus m'en passer.

    RépondreSupprimer
  5. @ Alphonsine: Merci pour ces explications! Mais ça ne me convainc pas (encore!) de me jeter sur ce nouveau joujou.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.