mardi 14 août 2012

L'aïoli inavouable.....

Après le grand Repas Du Dimanche, voici encore un chapitre "Bouffe"
Les cousins qui campent ici depuis 10 jours aiment l'aïoli et nous en demandent (où ya d'la gêne ya pas d'plaisir, c'est bien connu!)
(Et qu'on puisse aimer l'aioli  reste pour moi un mystère.....)

L'aïoli, comme tous les plats de ménage, relativement simples, souffre d'un apparat protocolaire fort strict, et assez pénible, à mon goût.....
Tentez-vous de cuisiner une bête bouillabaisse, que vous trouverez toujours quelqu'un pour vous déclarer que "La Vraie Bouillabaisse Marseillaise, c'est pas ça du tout", idem pour le couscous, la ratatouille,  le gratin dauphinois, la quiche lorraine, et j'en passe...
Comme si tous ces plats, qui avaient pour but premier de nourrir à bon compte avec ce que la ménagère avait sous la main, étaient restés bloqués sur une seule recette immuable, "Lôtentique" et qu'il n'y faille surtout rien modifier, sous peine de se voir retirer l'étiquette "la Vraie Recette".
Ca ferait bien rire la mamé de ma copine Anaïs, si je lui racontais qu'il n'y a qu'une seule version "authentique" de l'aïoli, qui n'est à tout prendre qu'un plat de "maigre" plus ou moins copieux, suivant la richesse de la maîtresse de maison ou la saison ....
Donc, nous voilà embarqués pour un aioli pour les cousins...
Au départ, la petite cuisine pour 6 personnes, s'est retrouvée tablée de 12.....(c'est la magie des vacances d'été, ça)
Réflexion, réflexions....
Est-il vraiment nécessaire d'acheter deux morues à faire dessaler 48 heures auparavant, alors que le conge est rempli de beaux poissons blancs pêchés de la semaine, qui feront très bien l'affaire?
De même, les légumes seront des surgelés, car je n'ai pas le temps d'aller ramasser des haricots verts et encore moins des choux-fleurs
Petite astuce:
Chous-fleurs brocolis, carottes, pomme de terre, cuisent au micro-onde mieux qu'à la vapeur. Seuls les haricots verts font de la résistance, et exigent de nager dans une grande quantité d'eau pour être bons.
(Si ça vous intéresse, je fais un tableau récapitulatif, suivant mes expériences)

Parti de là, mon  Aïoli  a déjà des allures trop modifiées pour être qualifié de "Véritable", mais ce n'est pas ça qui va nous arrêter, qu'on se le dise!
On y rajoute des moules, parce qu'on aime bien, et des bulots, parce que c'est prévu dans la recette, et enfin on se lance dans ce qui est le coeur de la recette, l'Aïoli lui-même, la sauce quoi.
Alors pour faire un Authentique Aïoli, (celui qui te permet d'aller causer ensuite avec le banquier qaund tu veux lui arracher des sous vite fait) il faut:
-des gros bras
-beaucoup d'énergie
-des muscles et du souffle
-un vrai mortier en marbre (celui de la carrière de Candelon est très chic, mais du blanc de Carrare fait l'affaire aussi) (ah la Provence est un pays riche!)
-un mortier en buis Authentique (sinon ça fait pas)
-une grosse tête d'ail, bien, mais alors, très bien bien parfumée.....
-un peu beaucoup d'huile d'olive, première pression à froid etc etc....
Et c'est parti:
-éplucher toutes les gousses d'ail et les mettre dans le mortier
-pilonner et rajouter de l'huile en filet
-ah ben c'est long, et fatigant
-et on a mal au bras....
-et ça met du temps à monter (des fois, horreur malheur, ça rate!)
-et là, c'est pas encore fait?
..............................
et voilà on y est!
A vous l' haleine de baleine......

Etr c'est ici que ça devient carrément inavouable, parce qu'on a honteusement falsifié la recette:
épluché toutes les gousses d'ail très parfumées, oui d'accord
ensuite , écrasé dans le presse-ail (mais c'est un LothentiqueVintage, attention, en vrai aluminium des années 50)
et ,
mélangé avec un gros pot de mayonnaise du commerce....
(trop la honte? même pas!)
et transvasé le tout dans un mortier, non pas en marbre (hélas, ils sont introuvables) mais en grosse faïence épaisse, et le résultat était tout à fait "Authentique"!
(ahem)
(je n'ai pas eu la présence d'esprit de tout prendre en photo, comme à l'habitude, et je n'ai que ce maigre souvenir)(sans le pot d'aillé)

Conclusion:
Il n'est RIEN resté, mais rien de rien....=> c'était donc bon!
En fait, je me pose la question de savoir si nos palais, plus habitués à cette nourriture industrielle, terriblement sucrée/modifiée, n'ont pas plus apprécié cette "adaptation" que le vrai aïoli, dont j'ai souvenir que beaucoup disent "hum c'est bon , mais trop fort pour moi, heureusement qu'il y a aussi de la mayo nature"
(Quant à moi, c'est légumes à l'huile et c'est tout, l'ail et moi sommes des ennemis irréductibles)

Filo




4 commentaires:

  1. Il faut savoir tricher mais le faire intelligemment (entendre: sans se faire prendre!) et ceux qui magnet diront: y a que Filo qui sache faire un vraiment authentique aïoli/couscous/tarte au stroumpfs!

    RépondreSupprimer
  2. @MamyS: oh,merci merci! (les chevilles vont enfler, là!)

    RépondreSupprimer
  3. T'es-tu demandé que s'il n'est rien resté, c'est peut-être qu'ils avaient tous faim ?

    RépondreSupprimer
  4. @Alphonsine: hum, peut-être; sauf qu'il y a eu auparavant apéritif assez copieux;

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.