samedi 12 janvier 2013

Le bouillon cube façon maison

Dans la série "les trucs croisés sur Internet que je teste avec plus ou moins de bonheur" voici le fameux bouillon cube (qu'on devrait appeler KUB, du nom dont l'a baptisé son inventeur, mais le Kub en question faisait référence au cube tout court, puique les premiers bouillons Kub avaient la forme d'un cube. Retour à l'envoyeur, donc!)

La mode maintenant est à la chasse à l'huile de palme, qui est nocive toxique cancérigène, pas écologique, source de déforestation (ai-je oublié un méfait?)
Donc, mon précieux bouillon kub, mon allié depuis toujours (stadire depuis que je suis devenue reine en mon ménage) me fait défaut! Il est rempli de produits nocifs et toxiques (etc etc) le bougre.
Il me faut sans attendre lui trouver un remplaçant.....

D'où mon intérêt, quand au fil des pages parcourues sur le net, j'ai trouvé plusieurs recettes de "bouillon cube maison".
Il s'agit plutôt de sel aux herbes,dont j'avais déjà entendu parler, mais dont je ne voyais pas trop l'utilité. Mais, transformé en "Aide Culinaire Fait Maison Ecologique Economique étouétout", c'est devenu tout de suite beaucoup plus attrayant et digne d'essais.

En avant donc.

D'abord, bonnes gens, sachez qu'il faut employer du sel "bas de gamme"(ah bon?) celui qui est tout en bas des étagères, qui ne contient rien d'autre que du sel... pas d'anti-agglomérant, de fluor rajouté, juste du sel basique de base.Il a d'ailleurs une teinte grisâtre, on dirait presque qu'il est "mouillé" mais non, il est bien sec. Et surprise il vient de Guérande, nan ce n'est pas du sel au rabais!(enfin dans mon supermarché...)

Ensuite il convient de rassembler les légumes qui auront l'heur de partager la mixture. Des herbes, des aromates, des carottes... pour moi, des feuilles de blettes-du jardin s'il vous plait-, du thym, du poivre, 2 (oui deux: il n'y en avait plus d'autres!) feuilles de basilic, et des carottes. Il aurait fallu aussi des navets, je n'en avais pas, tant pis.

On mixe tout ça,  avec énergie, et on obtient cette, hum, purée, très parfumée et très très salée!
Surprise, non le sel ne se dissout pas, non ça ne fait pas une pâte plus ou moins compacte, ça donne juste ça:
 Ah.
Perplexe, tout de même.
Essais?
En avant!
Bon, très franchement, ça n'a pas le goût du bouillon indus. Et surtout, gare au dosage, car c'est vite trop salé! Mais c'est délicieux, dès qu'on a réussi à trouver les bonnes mesures; surprise, j'ai  retrouvé le parfum du basilic, pourtant, avec juste 2 feuilles, je pensais qu'il ne se sentirait pas du tout.
Ma conscience de bloggeuse  m'a persuadé de tester la chose pendant un bon mois avant d'en parler ici; je voulais savoir comment allait tourner cette curieuse mixture avec le temps.
Eh bien, ça n'a pas bougé, ni noirci, ni pourri, ni changé d'odeur= le sel conserve, en voici la preuve!

J'avais, par précaution, recouvert mon bocal d'une couche de sel, mais ça n'est finalement pas très utile, surtout que dès qu'on pioche dans le pot, le sel du dessus se mélange avec le reste. Mais c'est joli...








3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui sympa! Et on peut aussi en réaliser des petits pots qu'on offre.
      Maintenant que j'ai essayé, j'ai envie de tester avec d'autres herbes, au fil des saisons.
      (erreur de programmation, j'étais persuadée que ce billet était en brouillon! Tant pis)

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.