dimanche 17 mars 2013

a l'hôpital


Le problème avec l'hôpital, c'est qu'on ne sait jamais à quelle surprise s'attendre, mais une chose est sûre, ce sont TOUJOURS des nouvelles jamais agréables à entendre.

Effectivement, ça n'a pas loupé;
l'opération programmée pour le lendemain, a été reportée....
Cause: on attend "le matériel adéquat"
Ah.

Explication détaillée fournie ensuite par le chirurgien: pas question de refaire la même intervention, il est nécessaire de poser une plaque plus solide....plaque qu'ils n'ont visiblement pas en stock, et qui ne sera pas disponible avant le vendredi....

Fulminations tempétueuses du malade pas malade, on s'en doute, coincé là sur le (mauvais) lit d'hôpital et qui "puisque c'est comme ça, je rentre chez moi, na, je serais aussi bien en attendant!"
Galop des infirmières affolées "ah mais non , interdiction formelle de se lever, même de bouger du lit! "
(bien essayé, papa!)(bah quoi, il vaut mieux en rire)

Donc les jours suivants, mon rôle a surtout constitué à fournir des munitions pour cette -longue- réclusion forcée; comprendre amener de la lecture encore et encore, surtout que son hospitalisation de septembre dernier avait déjà épuisé toutes les ressources de la bibliothèque de l'hôpital.

Et à distribuer les nombreux coups de fils à toute la famille, puisque je suis la seule sur place....
Dois-je l'avouer, le téléphone, ça finit par m'insupporter! Appeler machin, puis truc, rappeler chose, laisser un message sur le répondeur, et vivre avec le téléphone dans la main pour répondre aux uns et aux autres, -toujours la même chose, forcément.
Oui mon père a lui aussi un téléphone, mais, entre ceux qui n'osent pas appeler (trop tôt, trop tard) ceux qui n'étaient pas au courant, ceux qui savent me trouver au domicile, ça ne désarme pas....

(Non, mais cette rage de déranger les gens au moment,où on vient de servir le repas, et que, par politesse on est obligé d'engager la conversation, alors que le gratin fumant refroidit lamentablement dans l'assiette!)
Ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé!
On a beau se dire que "moi jamais, non je ne réponds pas au téléphone, et patin coufin," on est  quelquefois coincé!
Difficile de répondre à la vieille tante qui s'installe pour prendre des nouvelles et qui s'enquiert" je ne te dérange pas au moins?" "ben si!"
Encore que j'ai bien plus d'indulgence pour la vieille tante, qui n'a pas d'autre moyen de communication, qui bataille avec le combiné pour trouver le bon numéro (la bonne touche), qui s'ennuie tant toute seule, et qui fait l'effort de venir aux nouvelles, que pour la jeune cousine, qui téléphone, laisse un message, envoie un texto sur mon portable,et rappelle dans la foulée....

En réalité je suis une abominable misanthrope du téléphone ! Voilà c'est dit.

Filo










8 commentaires:

  1. Moi aussi le téléphone m'énerve! Je trouve que les gens se permettent avec le téléphone ce qu'ils ne se permettraient pas autrement, genre te déranger à une heure incongrue et faire semblant de ne pas comprendre quand tu essayes d'écourter... L'avantage d'avoir des enfants en bas âge, c'est de pouvoir s'en servir d'excuse pour mettre fin à une conversation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait vrai! Mais comme je n'ai plus d'enfants en bas âge, la seule excuse qui me reste est la poêle sur le feu, c'est limité! ;)

      Supprimer
  2. Perso, je réponds, mais en précisant que nous venons tout juste de passer à table. En principe -en principe! - ça coupe court aux discussions qui auraient dû durer!

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, je suis une handicapée du téléphone...Par contre, ça ne me dérange absolument pas de dire que oui, on me dérange !(et quand ça ne me dérange pas je le dis aussi !). Les enfants aident bien aussi à se sortir d'un coup de fil un peu long. Il suffit de répondre au téléphone pour que l'aimant fonctionne et qu'ils se retrouvent tous à me demander quelque chose ! J'en connais qui ne comprennent pas malgré cela. Je pense à un en particulier qui téléphone sytématiquement à 18h00...Il n'a toujours pas compris...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai en rayon un cousin qui téléphone systématiquement le soir à 22 heures...j'ai beau lui passer savon sur savon "à cette heure-ci, uniquement les urgences!" rien à faire!
      C'est vrai que les enfants détestent nous voir téléphoner, des fois ça dépanne bien, quand il s'agit de faire raccrocher vite fait, mais quand c'est une bonne copine qui a besoin de discuter, c'est plus compliqué!;)

      Supprimer
  4. chez nous, c'est un principe : on ne répond pas quand nous sommes à table. Et puis, le téléphone ne sonne pas si souvent, à force d'être indisponible les gens n'appellent plus !

    Dis-moi, la situation est difficile pour ton père. Je compatis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "les gens n'appellent plus"... ça me laisse rêveuse, ça!
      Ici, certains soirs, c'est standard téléphonique! Il faut dire aussi que Monsieur et ses 2 (oui 2) téléphones y est pour quelque chose!

      Papa a été enfin opéré vendredi... ça suit son cours.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.