jeudi 25 avril 2013

Le printemps à la montagne, suite

C'est que, une fois le feu allumé, les bagages rangés, et le frigo rempli (ça va vite pour une personne pour 2 jours), que faire? Trop tôt pour s'enfermer, trop tard pour une balade.
Ne reste qu'à aller bader le long de la rivière qui coule en contrebas de la maison, avec un grondement sourd; on dirait un robinet cassé qui fuit......




La voilà la rivière, justement. Le gué...n'est plus guéable, sauf à se mettre de l'eau jusqu'aux mollets, merci bien, on attendra un peu!

En été les enfants venaient s'y baigner -l'eau est glacée!- au grand effroi des gens du cru "mais malheureux, c'est plein de vipères!"
Il n'y a jamais eu de mauvaises rencontres dans la rivière.... Dans les chemins oui, mais ça n'a jamais tourné à l'avantage des bestioles, qui ont toujours préféré s'escaper -avec raison à mon avis....


Encore un peu de soleil sur la montagne, et encore pas mal de neige....
On continue à marcher encore un peu.






J'ignore ce que sont ces délicates petites fleurs bleues, qui poussent en sous-bois; des pervenches?

Là, des chatons de saule, encore un végétal qui ne pousse pas dans le Midi, fait bien trop chaud.
Peut-être que pour vous c'est un spectacle ordinaire, après tout!






Et au chapitre "végétaux de nos montagnes" voici encore un fruit célèbre:

Ca ne vous dit rien?
Et comme ça?
Ce sont des baies de genièvre.
D'accord, les noires sont toutes desséchées. C'est qu'il faut 2 ans au genévrier pour les mûrir.
Juniperus Communis
 à ne pas confondre avec le "juniperus oxycedrus", le "cade" de ma colline
Et j'arrête de faire ma savante! ;)
Mais le genévrier donc (si,  celui de Ducros qui se décarcasse) s'est rendu célèbre dans la choucroute.
Il est facile à récolter, à un détail près: l'arbuste est atrocement piquant, et sans gants épais, impossible de ramasser la moindre graine!
J'ai testé pour vous, hélas! Ensuite la conservation est des plus simple: une fois dans le bocal, les baies attendent sagement, ne pourrissent pas, ne sèchent pas ou peu, et développent un arôme légèrement résineux, hummm!

Ca y est, le soleil passe la montagne, il va faire froid...
J'aime prendre des photos en contre-jour, malgré l'avis défavorable de Nini (l'APN) qui clignote furieusement. Je trouve que ça donne des reliefs intéressants, là c'est pas terrible  d'accord.
(Un jour où je n'aurais rien d'autre à faire je m'amuserais à rassembler tous mes clichés en contre-jour)

Avant de rentrer, un petit tour encore du côté de .....
Un tas de cailloux? Non, les restes d'une chapelle:


Avec le parvis (?)





J'ai connu cette chapelle complètement abandonnée et déjà en ruines,  mais encore dotée d'une entrée avec un arc en plein cintre en belles pierres, des arcades sur les côtés.
Hélas, au fur et à mesure des années et des hivers, elle s'est de plus en plus désossée. 
Bientôt, il n'en restera réellement qu'un tas de cailloux noyé dans les ronces, et des photos pour s'en souvenir.
Je ne sais même pas quel saint était abrité dedans....

En revenant, à force de marcher le nez en l'air, j'ai buté dedans: la fourmilière!






 


 Pour finir, ces primevères qui ont su pousser en bouquet tout rond, la fleuriste ne les aurait pas mieux disposées!


Filo


4 commentaires:

  1. Merci pour cette promenade matinale (pour moi). Les baies de genièvre... Il y a quelques mois j'ai enragé: pas moyen d'en trouver ici, ni dans les grandes surfaces ni nulle part... Grrrrrrrrrrr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah dommage! Donne moi ton adresse postale, et je t'en envoie volontiers un petit bocal,si ça peut te dépanner!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci! Pas une grosse "promenade", juste un petit tour pour prendre l'air et c'est bien agréable aussi.

      Supprimer