mercredi 19 juin 2013

Laundry -room

C'est le petit nom anglais de la buanderie française, laquelle buanderie, d'ailleurs est en passe de ne survivre que dans le dictionnaire, si les promoteurs s'obstinent à rétrécir, voir faire disparaitre les pièces "de service".

Mais, heureusement, moi qui ne suis pas passée par un promoteur pour construire ma maison, j'ai réclamé un buanderie, et je l'ai eue!
Bon d'accord, je la partage avec le Chéri dont c'est la salle de bain, mais la pièce est suffisamment grande pour qu'on y case aussi le lave linge, le placard à linge sale, le panier à linge, tout le petit matériel de lessive, tout en étant à l'aise.
(J'abomine et fuis comme la peste les lieux exigus où l'on doit se contorsionner pour passer, déplacer Saint Pierre pour pour ranger Saint Paul, et où le moindre éternuement peut terminer en trauma crânien.)

Mais tout ça, pour être fonctionnel, n'en était pas moins triste, au niveau décoration.
(Il faut dire que j'ai laissé le mari faire, après tout, c'était SA salle de bain)

Alors, j'ai projeté de créer un panneau mural, dans un esprit country américain, style simple et naïf, tout à fait raccord avec l'idée que je me fais de la décoration d'une telle pièce.

Et comme je ne savais pas du tout par quel bout commencer, j'ai carrément demandé à Béatrice Meilhac, créatrice de patchwork, de me créer un projet, sur la base d'une image vue sur Intenert.

Elle a très gentiment accepté, elle était même  ravie, et m'a renvoyé un joli dessin sur papier calque.
A moi de faire le reste........

Je vais vous dire: non seulement je ne sais pas dessiner, mais je ne sais pas patcher non plus.
Sacré défi à relever!
Mais j'étais tellement heureuse d'avoir mon dessin, si mignon, si "juste comme je voulais", que j'étais enthousiaste à démarrer....
En réalité, il m'a fallu presque 2 ans pour le terminer. Le temps d'avancer un peu l'apprentissage du patch avec ce panneau-là, et ensuite d'oser me lancer dans l'agencement des motifs, dans la sélection des couleurs, et dans la création des bordures.
Et Béa m'a demandé de lui amener pour L'expo dans le jardin....(imaginez combien j'étais stressée, ouh lala!)

Au départ, ce dessin.
A l'arrivée, ce patch!

Bien entendu, la "Filo's touch" avec un dédain royal pour tout ce qui pourrait être mesures, calcul prévisionnel, et autres préparations....
J'ai cousu, appliqué,  au fur et à mesure de mes essais et envies, pour tout dire j'avais démarré sur une association marron/rose, et au final, c'est le bleu qui l'emporte....



Je pensais le faire exclusivement à la machine à coudre, et j'ai terminé en brodant à la main la moitié des appliqués, en montant les anses du panier au point de boutonnière.
Beaucoup de réflexion aussi pour le titre,  je ne voyais pas trop comment le "rendre", découper les lettres et les appliquer me paraissait périlleux, je prévoyais que ça allait se déchirer.Finalement c'est une jupe en lin bleu, qui venait de passer de vie à trépas, qui m'a tirée d'embarras, en faisant un cadre pour y broder mon titre au point de tige. Ouf!


Et vous savez le plus extraordinaire de cette histoire?
C'est que le Chéri lui-même, oui oui, l'a remarqué et l'a trouvé joli!

Filo

2 commentaires:

  1. Bravo, pour quelqu'un qui ne sait ni coudre, ni dessiner, ni rien faire de ses 10 doigts, c'est remarquable. Et même pour quelqu'un qui saurait faire c'est remarquable ! Quelle patience et quelle précision !
    J'aimerais un jour en arriver à pouvoir décorer ma buanderie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je n'ai jamais dit que je ne savais pas coudre! je ne sais pas "très bien", mais je maitrise une ou deux choses quand même, sinon je ne me serais pas lancée!
      En fait,oui il y faut de la patience, plus que de la technique.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.