lundi 17 juin 2013

Travailler du chapeau

Moui oui oui....
Puisque l'été a enfin décidé de débarquer -avec trois semaines de retard je te ferais dire l'été, hein, pas de quoi pavoiser!- il devient urgent de s'équiper estival.

(quoique je n'ose pas encore remiser mes pulls d'hiver, ayant  pas plus tard que la semaine dernière, porté ma grosse veste en laine, bon j'étais en Auvergne, mais tout de même, au mois de juin!)

S’équiper estival donc.....
Je passe sur la garde-robe, déjà dans les starting-blocs, je glisse délicatement sur la question "maillot" vu  que je n'ai encore osé aucun essayage (l'hiver m'a été très, hum, profitable, voyez-vous...)

Et j'ouvre la problématique de la protection solaire...
Parce que maintenant, ça urge, le soleil est chaud de 7 heures du matin quand il ouvre l’œil, jusqu'au soir 20 heures quand il se couche....

On totalise vite un bon paquet de rayons bronzants/cuisants/nocifs et tout ce que vous voulez....

Oh je vous entends déjà "il suffit acheter une bonne protection solaire...., et de toute façon maintenant, toutes les crèmes de jours contiennent un filtre UVA/UVB, yaka..."
Pas si simple!

Déjà, si on suit correctement les directives techniques de l'emploi des filtres solaires, chaque protection correspond à un temps -mesuré en minutes!- pendant lequel on peut être au soleil en étant protégé; au bout de ces qq minutes, il conviendrait de se retartiner....
Alors, c'est jouable quand on est à la plage, qu'on a, à portée de main la crème, le lait, la portion de peau à protéger,et qu'on peut ne penser qu'à ça.

Mais dans la vie quotidienne, c'est à peu près impossible!

On me rétorquera qu'il existe un écran total, que maintenant les crèmes sont super-performantes, etc etc...
On oubliera juste de mentionner, que ces crèmes, si efficaces soient-elles, ne sont pas agréables du tout à appliquer, et laissent -en tout cas, celles que j'ai essayées!- un film bien collant  et poisseux sur la peau, "ça pègue!" comme on dit en Provence. Et puis, en remettre une fois, deux fois, passe encore, mais au bout du 5 ème dévissage/rebouchage de tube,on en a marre, on a plus de produit, il est tombé au fond du sac, on n'a plus le temps.....

Reste la solution "à l'ancienne":

"La blancheur , c'est la moitié de la beauté"  clamaient nos arrières grands-mères, qui n'avaient pas encore subi la mode du  bronzage.
D'où vêtements longs, et ombrelles, et chapeaux.
Vous me voyez venir ????

Vous connaissez déjà mon amour des chapeaux, -vous ai-je assez bassinées avec ça, un certain hiver, pour un certain mariage! Très chic, mais très importable dans la vie ordinaire!

Je possède un chapeau-pour-tous-les-jours, qui a beaucoup baroudé, et qui n'est plus guère sortable, hélas....
.
Cartago delenda est etc etc
La parfaite touriste en action! Ah souvenirs souvenirs...


J'ai en outre, fait l'acquisition dans un super-marché de sport bien connu  d'une espèce de chapeau mi-bob, mi serpillière, pompeusement dénommé chapeau de randonnée, un jour de printemps furieusement ensoleillé, où je me trouvais chez mon père, plutôt équipée en bonnets et gants de laine. C'était une urgence, il m'a bien servi, mais dieu qu'il est laid!


Bref, voilà à quoi se résume mon équipement chapeautier, et, c'est un peu pitoyable.
Objectivement, aucun de ces couvre-chef ne me permet de sortir dans la rue sans avoir l'air ridicule au dernier degré!
Et puis, s'il faut être impartial et résolument pratique, il faut bien reconnaître que le chapeau présente un inconvénient majeur: il encombre, quand il n'est pas sur la tête!
Difficile de le "glisser dans le sac", voire impossible s'il est en paille (ah les grandes capelines élégantes en paille d'Italie, à fleu-fleurs)encombrant à la main et risquant d'être oublié un peu partout.
Triste fin pour un chapeau, non?

Bref, je cherche "l'introuvable" -sinon c'est moins drôle-:  le chapeau élégant mais discret, couvrant, mais pas encombrant, joli mais pas "pot de fleurs", solide mais féminin; tout un programme!




Filo







6 commentaires:

  1. Tu as aussi la solution de sortir à la nuit tombée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais non, je suis une fille du soleil, moi!;)

      Supprimer
  2. Chez Monop, il y a chaque année des capelines que tu peux plier dans un sac. Et sinon il y les chapeaux antachou, en paille mais qui se plient très facilement. Si tu veux je t'envoie les coordonnées du site. Ils peuvent même être mis pour un mariage en agrémentant un peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, hélas, on n'a plus de Monop ici, remplacé par un marionô.
      J'ai été sur le site antachou, c'est vrai que j'ai trouvé ce qui aurait pu faire mon bonheur, mais j'hésite à acheter un chapeau sans l'essayer, tout de même.

      Supprimer
  3. Moi, les chapeaux, ça me donne chaud... je n'en porte plus jamais.
    Tu habites où pour voir l'été, toi ? Ici, dans l'ouest, toujours pas de soleil en vue, vent, pluie, gris... Jamais vu ça de ma vie, ça me déprime... Les cerises tombent avant d'être mûres, les quelques fleurs qui sortent sont brisées par le vent... Bouh...

    RépondreSupprimer
  4. Eh, j'habite au Sud, tout en bas, quasiment les pieds dans l'eau! (oui chanceuse je sais)
    Je compatis, ma soeur habite l'ouest ,et elle aussi est découragée de ce printemps lamentable qui se transforme en non-été déprimant.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.