lundi 30 décembre 2013

Quand le sort s'acharne...

Dix jours depuis le dernier billet! (le temps etc etc...)
Pas vu passer Noël, ou plutôt je n'ai pas eu le temps de m'approcher de l'ordi......

J'aurais voulu faire un ou deux billets de bilan, c'est la fin de l'année, ça se fait, non?
au lieu de quoi, il me faut vous raconter la suite -décourageante- de nos aventures ....

J'avais donc laissé mon pôpa en convalescence pas trop loin de chez moi, tout allait bien, la rééducation se faisait lentement mais sûrement, et on envisageait de le laisser rentrer chez lui pour les fêtes.
Départ entre le 15 et 20 décembre. Tout semblait se dérouler parfaitement, pour une fois!
Mon frère se chargeait de le ramener chez lui, ma soeur l'attendait chez lui maison chauffée et prête à l'assister pour le démarrage, et il ne me restait qu'à me charger de lui faire un gros plein de provisions à confier à mon frère.
Trop beau.

Paf, une phlébite qui s'installe. Retour aux piqures, nouveau traitement, et dosages à faire tous les 3 jours, plus question de sortir.
Il est même envisagé de passer Noël sur place.

Finalement, il est "lâché" le 23 décembre, les résultats des dernières analyses étant corrects,  muni d'un tas de recommandations et de contrôles à faire faire.  Et il part en ambulance.
Ce qui simplifie les choses. Sauf que notre belle organisation fraternelle n'est plus d'actualité. Mon frangin a cassé la voiture (gros pépin), ma soeur a décalé sa venue dans le Sud pour d'autres raisons, et moi , qui n'ai rien changé je me retrouve la seule disponible.
Le 23 décembre.
A faire un aller-retour  (de 300 km tout de même) dans la neige et le verglas.
Avec une voiture pas équipée.
Alors que mes enfants à moi arrivent le 23 , et repartiront le 27, donc pas longtemps pour "en profiter".

Avec moult précautions oratoires, et beaucoup beaucoup beaucoup de culpabilité, je finis par lui annoncer que non, je ne l'accompagnerai pas pour l'installer .
Ca l'embête bien un peu , mais il s'en fout il rentre chez lui.
Bon.
 Et il passera Noël tout seul, mais il s'en fout etc....
Soit.

 Que faire de plus? Nous avons eu beau retourner les données du problème dans tous les sens, nous avons tous famille à prendre en compte, obligations diverses....Non ça ne nous fait pas spécialement plaisir de le savoir seul, mais s'il préfère sa propre compagnie à celle de l'entourage de familles qu'il n'aime pas, qu'y faire?

J'ai donc essayé de compenser en lui téléphonant tous les jours "Joyeux Noël papa", et tout parassait rouler à merveille.
Le vendredi soir, il finit par m'avouer que, tout de même, il se sent bien fatigué, faire la cuisine c'est toute une affaire, (il marche toujours avec 2 béquilles, peut poser le pied par terre mais avec un appui de 50% seulement).
Heureusement, ma soeur a prévu de le rejoindre dès le lendemain, cela le soulagera.

Une heure plus tard, c'est lui qui me téléphone......

"Je viens de me recasser la jambe!"

A l'incrédulité de départ, succède la consternation. Ce n'est pas possible!

oh, il n'a même pas besoin de moi, il a déjà appelé les pompiers, le voisin, l'auxiliaire de vie (venue gentiment avec son mari en renfort) bref pas de problèmes! (on croit rêver)

A-t'il mal? Non. Est-il tombé? Même pas. En s'asseyant simplement sur sa chaise, il a entendu craquer, et il a senti que tout avait lâché.
Retour à la case départ.

De nouveau, hôpital, de nouveau, opération, de nouveau, rééducation.....
On en saura un peu plus les prochains jours.

Filo













4 commentaires:

  1. Et si tout allait bien en 2014, tu l'aurais bien mérité non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet! ;)
      Remarque que tu as fait très , hum, mouvementé aussi, c'est le moins qu'on puisse dire! Et à vous tous aussi je souhaite une année 2014 sans tracas, et sans soucis!

      Supprimer
  2. Que dire? Je suis atterrée par ton récit. Pauvre vieux monsieur qui n'en finit pas avec ces problèmes... Je fais le voeu que 2014 vous épargne. Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup!
      Le "pauvre" vieux a un moral en béton (armé/vibré/précontraint/sous-marin/tout ce que tu connais d'indestructible) et il en est déjà à "dépêchons d'opérer qu'on en finisse, et que je parte en rééduc', que je puisse enfin vite retourner chez moi"
      Que l'année qui vienne vous soit heureuse!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.