mercredi 9 avril 2014

Production en série

Corollaire d'une semaine de maladie, où je suis restée trèèèèès sagement enfermée à la maison "ne sors pas, tu prendrais froid/ ne te fatigue pas, tu rechuterais" (MariChéri a joué l'homme modèle, pour le coup) (j'en suis encore toute ébaubie), conséquence donc, Monumental Carolina a furieusement joué du pied de biche!

Oui, en série, dis-je! 2 petits ensembles identiques, comme celui que j'avais déjà cousu ici
Le coupon de tissu y est passé entièrement, il ne reste guère que quelques petits morceaux dépareillés qui ont chu dans le panier de patchwork.

Puis une petite tunique-et-bloomer pour Lilou de Hambourg, prévue pour cet été. Avec celle-ci c'est le coupon de popeline figue FDS (France Duval Stalla, oui je fais ma couturière mode) qui arrive à extinction.


J'ai aussi cousu pour moi, une petite jupe crayon, issu du livre "Un été couture" de Géraldine.
Comme je n'ai pas fait de brouillon, j'y suis allée avec appréhension et précautions -j'ai tout bâti, tout, et essayé au fur et à mesure-.
J'ai tout de même sursauté, quand, une fois le patron relevé et appliqué sur mon tissu,  j'ai mesuré la hauteur de jupe: 50 cm!
 Hum, caser moi, mes grandes jambes et mon  popotin arrière, dans 50 cm de tissu, c'est chose hautement acrobatique.
En gros, une fois enfilée, je ne bouge plus, je ne marche plus et surtout je ne m'assoie pas!
 Donc j'ai rallongé de 10 bon centimètres les longueurs, pour arriver à quelque chose de portable pour moi.
Une de mes très chères amies me maintient que je devrais raccourcir mes jupes, que le court allonge la jambe et fait très joli. Notez qu'elle ne porte que des pantalons, hein.
Et je lui soutiens, moi, que cette longueur juste au dessus du genou casse la silhouette,  et que 5cm de plus au moins, donnent une tournure plus chic. Et, reconnaissons, que passé un certain âge, hum, les genoux ne gagnent rien à être exposés. 

(Ceci dit, chacun voit midi à sa porte, ou plutôt longueur à son jupon!)

Alors qu'est ce que ça donne, en réalité?



(sérieux, je me fais l'effet d'un pot de fleur au milieu de ma barrière en bois, là)

Le "pot de fleur "a beaucoup bataillé pour poser les poches, c'est que je tenais à ce qu'elles soient raccordées avec les carreaux... Et j'ai fait le même travail de raccordage pour l'assemblage des panneaux, ça parait évident, mais c'est fastidieux!
(à copier 100 fois "je n'achèterai plus de tissu à carreaux ou à rayures")

Et de dos? Toujours pas plus extraordinaire, on est d'accord. Le tombé est bon, j'y suis à l'aise,  rien à redire.
Mais ça donne l'occasion d'admirer la mâgnifique cicatrice de Mémé Pirate qui orne mon mollet droit.......oui oui celle-là même!





6 commentaires:

  1. Et bien, ça te réussit d'être malade !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas? ;) Malgré tout, j'aurais préféré être moins productive, mais moins malade!

      Supprimer
  2. Beau travail! Oui, je pense que tu devrais être malade chaque fois que tu as de gros projets en cours! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben merci, décidément! ;))Vous êtes trop sympas les copines, huhu!

      Supprimer
  3. ils sont adorables ces cache-cœurs! quant aux carreaux, je compatis, ma pauvre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! C'est vrai que c'est mignons ces petits machins et pas prise de tête à coudre en plus, pas comme les carreaux!!!!!

      Supprimer