lundi 23 novembre 2015

Mon premier pain




De la boulange dans mon coin!
 J’en ris toute seule, mais je ne cache pas ma fierté.
Il faut dire que la levure et moi, ça n'a jamais "collé".

J'ignore pourquoi, mais les faits sont là: la pâte à pizza qui ne lève que du bout des bulles, la brioche modèle "parpaing" bien compacte, c'est moi.

Je me suis même décidée à acheter une MAP, rappelez-vous c'est là.
Eh bien malgré l'aide de la machine, j'ai eu des ratés retentissants.

J'avais donc abandonné l'idée de fréquenter les pâtes levées depuis longtemps, me contentant d'explorer la pâtisserie à base de levure chimique et de bicarbonate, avec lesquels tout se passe bien.

L'autre jour, Monsieur mari s'est mis dans la tête de faire les courses à ma place, je l'ai donc expédié avec mille recommandations et ma liste sous le bras vers le supermarché.
Nous ne dirons rien du résultat, hum, varié de son interprétation de ma liste.
Après tout, il a fait le job, le frigo était à peu près rempli, ne décourageons pas les bonnes volontés!
Mais voilà, au lieu de la bête farine blanche basique que j'avais demandé, il m'a ramené de la farine à pain.
Ah.

Plutôt que râler, j'ai déclaré que c'était l'occasion d'essayer de faire du pain.
Direction l'internet mondial, qui m'a inondé de conseils  pointus et techniques -tout en déclarant partout, le pain c'est simple!-, essayez vous verrez, il y en a des pages et des pages et pas deux recettes pareilles, pas deux techniques semblables, ça met une pression terrible!

Alors je me suis tournée vers la seule personne de référence et de bon conseil
-Allo papa!

Mon père fait son pain depuis de longues années,il a dons acquis une certaine expérience et ses pains, hum miam!

Munie de ses nombreux conseils (42 gr de levure, 600gr de flotte, 1 kil de farine, et 1cà café de sel et c'est tout)t,  j'ai pesé, j'ai touillé j'ai mélangé, j'ai laissé gonfler -mais ça marche! ça monte! c'est fou,non?- j'ai pétri,  j'ai mis en forme et j'ai mis au four.

Et surprise,

J'ai vraiment réussi à faire 2 pains, bien croustillants et dorés qui sentaient bon dans toute la maison!





Alors, au débriefing, certes,c'était perfectible.
Ca manquait de sel " c'est du pain sans sel?" m'a demandé ma belle-mère d'un ton critique et d'un air méfiant qui n'appartient qu'à elle....
Non, juste demi-dose....
La mie est restée dense -pas assez pétri!- a déclaré mon père,  et peut-être que j'aurais pu le faire cuire encore quelques minutes de plus.
Mais bon, vu ce qu'il reste (rien) j'en conclus que c'était tout à fait une réussite, reste plus qu'à....
recommencer!

Filo

4 commentaires:

  1. Tes pains sont magnifiques. A la lecture de la recette, j'ai vu qu'il n'y avait que la moitié de sel : 20 g pour 1 kg de farine, soit 2 cuillers à café.
    Et pour la levure, tu peux te contenter d'un quart de paquet pour peu que tu la délayes dans un peu de farine et d'eau tiède et que tu attends les bulles. (tu fais ça dans un puits creusé dans la farine).
    En tout cas, ils ont belle allure, et si tu veux qu'ils lèvent comme des diables, tu attends un temps orageux. C'est spectaculaire !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai donc fait du pain demi-sel! ;)
    Pour le temps orageux, j'essaierais, par curiosité. Mais monsieur mari, fort enthousiaste, en est déjà à dire que "plus la peine d'acheter le pain maintenant" (sous entendu= que tu vas le faire tous les jours)hum pression!!!!

    RépondreSupprimer
  3. c'est très addictif! je ne m'en lasse pas pour ma part, et d'ailleurs il est meilleur que celui du boulanger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça c'est incontestable!
      Addictif, je commence à me demander, parce que depuis, ça boulange grave, ici. Je suis passée de une fournée/semaine à une fournée/2 jours; c'est vrai que ça n'a rien à voir avec le pain du commerce!

      Supprimer