lundi 4 janvier 2016

Noël , c'est déjà fini

Oufff!
Et voilà, la dernière voiture a quitté la maison, tout le monde est rentré chez soi.

Je reste à la tête d'un chantier pharaonique de nettoyage et blanchissage, un frigo totalement vidé -alors qu'il a frôlé l'explosion pendant quelques jours!
(j'étais ravie, "regardez le frigo il n' a jamais été aussi plein!", habituellement, à deux, on  peine à remplir deux étagères sur quatre.  Je ne vais pas faire collection de yaourt  et fromage juste pour le plaisir des yeux!)

Au final, ce fut une fête très bruyante; mais vraiment.
Les bébés étaient tous plus ou moins malades, fatigués, et donc fatigants. (eh oui)
N'oublions pas que certains arrivaient depuis l'autre bout de la France,  avaient déjà fait un arrêt dans d'autres lieux, n'avaient plus leurs repères habituels.

Résultat?  Des réveils en fanfare à 5 heures du matin, des nuits mouvementées(mention spéciale au p'tit Loulou qui a réveillé ses parents à 2 heures du matin en sautant dans son lit avec l'énergie qu'on lui connait en criant "wigolo!wigolo!")
Les choses se sont calmées presque le jour des départs, le temps que tout le monde s'habitue à tout le monde, et que les rythmes s'accordent.

Marichéri et moi  avons bel et bien été dormir ailleurs, et ce n'était pas plus mal.

Notre crèche a énormément plus aux petits et n'a pas essuyé de dégâts, contrairement à ce que craignaient les gens bien intentionnés. Certes il y a bien eu quelques santons qui ont piqué du nez dans la mousse, des moutons qui se sont promenés, et des coquilles d'escargots qui ont été écrasées (par inadvertance), mais rien de plus grave.
Je voulais vraiment que les petits en profitent, ça a été le cas.

C'est le Petit Jésus de la Crèche qui a eu des malheurs!
A l'heure de le mettre dans la crèche, surprise, il avait disparu.
Aucun des enfants petit ou grand ne l'a vu, ni ne sait de quoi on parle, mystère complet.

Marichéri sauve la situation en exhumant un  petit jesus de secours (une fève?) stocké dans son bazar ses affaires  (et pan, un caillou dans le jardin des minimalistes et  des "mais pourquoi tu gardes ça qui sert-à-rien") et la fête se termine sans autre encombre.



Lundi j'ai vidé la cheminée,  et  devinez qui je retrouve dans le fond des cendres? Le Petit Jesus sur son ballot de paille! Les couleurs ont brulé, ne reste que l'argile, mais c'est bien lui!

L'explication est simple (comme toujours) Les petits sont tous enrhumés et la quantité de mouchoirs qui défile est assez impressionnante. Un de mes fils a ramassé ces mouchoirs usagés sur cette étagère et hop au feu, juste en dessous.  Comme c'était juste là que j'avais mis le santon, emballé dans du papier blanc (en plus), il est parti avec le paquet hop hop.


Il ne reste que les souvenirs et les photos. J'ai une belle collection de bouille de bébés  riant, pleurant, grimaçant, sautant, endormis, excités, à table, sur la table, sous la table....
D'ailleurs, j'ai vraiment beaucoup de photos de tablées, pour la bonne raison que c'est le moment idéal pour avoir le plus de monde possible sur le même cliché.
Parmi mon stock de photos ratées floues et de dos, je vous ai dénichée celle-ci, bien mignonnne:
mes chapeaux ont bien plu aux p'tits choux!


Et voilà, Noël 2015 tire sa révérence......


Pas de billets programmés, je m'absente plus tôt que prévu, et plus longtemps que prévu.

Filo












3 commentaires:

  1. sympa l'histoire du petit Jésus dans l'âtre, elle restera dans les annales familiales! bonne année à toi Filo, et bonne continuation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Oui ça nous a bien fait rire!
      Bonne année à toi aussi!

      Supprimer
  2. l'essentiel moi je dis c'est que comme le petit Jésus tu t'en sois sortie ;-)

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.