samedi 6 février 2016

La ruche qui dit oui

Suite  de mon billet "voter avec son porte-monnaie"

 En tapant AMAP sur ma région, j'ai trouvé de quoi faire mon bonheur.
Mais je n'étais pas satisfaite; sur le papier, ça parait idyllique, mais en vrai,  hum hum.
J'ai des souvenirs de "allomaman" qui me demandaient comment se débarrasser de 4 à 5 kilos de patates arrivés d'un coup dans le panier, ou alors des choux à cuisiner semaine après semaine.
Ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit, hein! L'amap est surement un excellent système, mais comme toute chose,  il faut aussi que l'offre soit en rapport avec la demande.

Concrètement, l'Amap pour moi, c'est trop tard, au moins pour cette année, car il faut s'inscrire en début d'année et s'engager pour un an.
Booooon.

J'ai  découvert "Les paniers d'avoine" , ça c'est pour les paresseux, les gens pressés, puisqu'il s'agit de "panier" qu'on commande sur site et qu'on va chercher le jour dit.
Avec le principe de l'abonnement, on commande un panier composé de légumes et fruits, en quantité variable,  en proportion de 3/4 de légumes et 1/4 de fruits; mais dont le poids total est connu :grand panier 9 kilos, panier moyen 6 kilos, et petit panier 4 kilos.

paniers d'avoine

Les paniers d'avoine sont plus focalisés sur le bio, et leurs légumes viennent  des départements voisins.
Ce qui au final n'est plus tellement dans ma démarche, puisque, je vous rappelle, je suis à la poursuite des maraichers locaux dont je vois les champs fleuris depuis la route, et dont les productions, mystérieusement, n'arrivent jamais jusqu'à mon assiette.....

 De plus, le fait de ne pouvoir choisir  ne me convenait pas vraiment (exemple: en hiver, les fruits du paniers étaient des clémentines; or, dans le jardin on a 2 clémentiniers/mandariniers qui ont énormément produit , alors acheter encore des clémentines, fussent-elles de Corse, quel intérêt?) Et à priori, pas vraiment d'alternative si quelque chose ne convient pas.
J'ai envoyé un mail mais je n'ai jamais eu de réponse.

A quoi on pourra me rétorquer, que tout de même, il existe depuis fooort longtemps, un système d'achat des fruits-zet-légumes, via les producteurs ou revendeurs, où on choisit soi-même ce qu'on achète en quantité libre, ça s'appelle "le marché" didonc!
 Sauf que je ne le fréquente plus depuis longtemps, acheter les mêmes fruits et légumes qu'au supermarché , quel intérêt?



Et c'est en farfouillant encore sur l'internet mondial que j'ai déniché" La ruche qui dit oui".
Juste à côté de chez moi.  ....

Le système est encore plus simple, on s'inscrit sur le site, on trouve la ruche voisine de chez soi, et on fait ses petites courses. Là, pour le coup, on choisit ce qu'on achète, on peut moduler les quantités, si on ne veut pas d'oignons, on n'en met pas dans le panier et basta.
Livraison prévue tel jour à telle heure, et hop on repart avec son couffin rempli.
Producteurs locaux qui viennent apporter leur récolte fraiche, sourire des animateurs, et rapidité du truc.
Qu'est-ce que vous voulez de plus?
Certes, ça a un coût.  Oui.
Disons que c'est le prix du bon goût, et que pouvoir croquer des pousses d'épinard en guise d'apéritif-et c'est bien la première fois que ça nous arrive!-  est un plaisir.
source

Le seul point négatif pour moi, c'est que les quantités sont calculées au poids (fort bien) mais ça ne colle pas forcément à la nature des légumes. (Je n'ai pas encore réussi à avoir un potimarron entier, c'est fort dommage!)
Et que -jusqu'à maintenant- je n'ai pas vu de fruits en vente, et ça manque un petit peu tout de même!

Au final, je m'aperçois que ce que j'ai su changer  finalement, ce sont mes méthodes d'approvisionnement. Pour moi il n'est  plus question ni d'aller faire la queue au supermarché, ni d'arpenter le marché du cours Laf'.

Si vous saviez! J'en ai rêvé pendant des années, quand j'étais toujours "à flux tendu", toujours court sur l'horaire (en retard chronique quoi), et que je ne pouvais pas faire autrement avec la meilleure volonté du monde.

J'arrive même à convertir Marichéri (enfin, il accepte sans faire de critiques mes nouvelles méthodes) ce qui est un grand pas!

La Ruche qui dit Oui, pour moi c'est très récent, (à peine 2 livraisons) alors certes : "tout beau tout neuf".
On verra au fil des mois comment ça évolue, et si ça continue à me convenir.

Mais de toute façon, toute alternative en forme de circuit court est bonne à prendre.
Consommateur oui, pigeon non!  (nonmé!)


Filo

7 commentaires:

  1. Il me semble qu'il y avait un hic avec la Ruche qui dit oui, mais je ne me souviens plus duquel.
    J'ai opté de mon côté pour la maraîchère, la vraie, qui cultive ses champs en agriculture raisonnée non loin de chez moi et effectivement, en hiver, à part des pommes et des poires (et pas de scoubidous) il n'y a pas de fruits !
    Je complète avec des fruits d'un peu plus loin et globalement je m'en sors pas trop mal financièrement et pour un goût plutôt pas mal !
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Ah zutalors!Bon je vais garder un œil vigilant alors.
    De toute façon, rien n'est jamais parfait on est d'accord.
    Mais manger au resto tous les jours n'est pas non plus une solution viable, ni se fournir au super-hypermarché-écrase-les-prix (et les producteurs aussi).
    Quant à vivre en autarcie, là c'est plutôt du domaine du rêve!

    RépondreSupprimer
  3. Oui, il y a un (gros) hic ...
    http://netoyens.info/index.php/contrib/02/10/2014/La-ruche-qui-dit-oui-et-les-gogos-de-la-farce
    http://www.amapbiodevant.fr/blog/actualites/reseau/attention-une-amap-na-rien-a-voir-avec-les-principes-de-ruches/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet.. (soupirs...).
      Néanmoins, pour le moment, le système me convient plutôt, disons que c'est une première marche vers le local plutôt que passer par le supermarché.

      Supprimer
  4. je connais (mais je n'ai jamais essayé ...) En revanche l'an passé j'ai été la marraine d'une ruche (rien à voir !) et j'ai eu le miel de "mes" abeilles (Un toit pour les abeilles, ça s'appelle)6 pots pour un parrainage de 96 €... Mon père qui fait son propre miel a failli s'en étrangler. Cette année je vais choisir d'aider une autre population je crois ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'était une chouette idée pourtant!
      En effet, si ton père fait son miel (quelle chance!) autant financer ses ruches à lui, alors! ;)

      Supprimer
  5. Ici aussi test de la ruche qui dit oui...
    Pas mal pour la citadine que je suis mais assez coûteux au final. Enfin l'amap je n'avais pas du tout aimé le concept.
    Dur dur de vouloir passer par les circuits "courts".
    Porte Plume

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.