mercredi 24 février 2016

Ne tournons pas autour du (cache)-pot

C'est bien joli d'adopter acheter des plantes vertes pour agrémenter son intérieur, mais encore faut-il, pour faire les choses "bien", leur trouver un emballage assorti, un cache-pot, quoi.
Certains végétaux sont fournis d'office avec , ça peut dépanner, mais force est de constater qu'ils sont souvent môôôôches.

Ceci dit, on peut en trouver tout simplement chez soi. Un cache-pot n'est jamais qu'un contenant, il  suffit d'un peu d'astuce pour habiller ses plantes avec élégance et style.

Pour commencer,  les petites primevères. Ma salle de bain avait besoin de ce petit coup de soleil, voilà donc deux  pots de "primula" que je lui offre, mais achetés dans un vilain godet de plantation.
N'ayant pas prévu de faire de dépotage/rempotage, c'est le cache-pot qui fera tout le travail:

Au choix, on peut acheter ce mini-seau en fer blanc (trouvé en solde dans un magasin déco)























ou exhumer ce sac papier -siglé Chanel, s'il vous plait- reçu un jour et gardé précieusement, un sac Chanel tu te rends compte?!!!
J'ai donc des primevères signées Chanel dans ma salle de bain. Et toc.



Et par la même occasion, je vous présente aussi "Froufrou" la fougère de Boston (néphrolepsis) installée dans un cache-pot tout ce qu'il y a de plus classique, mais que j'ai revisité, en le laissant dehors acquérir une patine vintage...

(traduisez: le cache-pot était entouré de ficelle ce qui lui donnait un air très sympa, mais exilé au jardin , il vieillissait dans l'oubli; finalement j'ai viré la ficelle qui partait en brioche, et surprise, dessous  il reste ce joli ton fondu. )


Autre exemple (dont je suis assez fière), avec ce joli  palmier areca, acquis en jardinerie. Assez grand tout de même. Et encombrant à proportions. (Forcément).
En fait je dois avouer que ce coup-ci,  mon questionnement a suivi le chemin inverse; au lieu de "quel contenant puis-je transformer en cache-pot pour cette plante", je suis partie de "à quoi employer ce truc pour le sauver "(d'un pourrissement ou d'une fin encore plus dramatique dans la chaudière)
"Ce truc", c'était le tam-tam (tambour de brousse? djembé?) d'un des garçons ramené à grands frais  de Belgique (pourquoi la Belgique, on ne sait pas) et qui, les années passant a perdu sa peau. C'est devenu juste un bête tube exilé dehors en attendant on ne sait quoi.
Fiston jurait ses grands dieux, que oui il allait venir le chercher (un jour...)
 En installant dedans ce palmier, je fais d'une pierre deux coups: je sauve le tam-tam, qui ne subira plus les injures de la météo, et je donne un cache-pot tout à fait raccord à mon aréquier, qui est un palmier exotique comme chacun sait..

















Ce qui m'a amusé dans l'histoire c'est que tout le monde a trouvé "l'idée géniale", "le rendu très chouette", même le propriétaire du tam-tam (dont j'attendais quelques remontrances) et Monsieur Mari qui redoute toujours mes idées.....  et n'est jamais vraiment d'accord avec mon sens de la déco!




Autre pot de fortune  récupéré, c'est un saloir, c'est à dire une grande jarre en grès gris, fort jolie, certes, mais volumineuse. Proposée avec insistance par Marichéri (et ça tu le veux pas? ça ferait joli dans la cuisine...) je l'ai refusé avec énergie : ça ne contient rien=ça ne sert à rien.
Exilé au fond du jardin, (encore un!) j'ai pensé à lui  le jour où je suis revenue avec cette fougère spectaculaire sous le bras.

Comme le contenant est beaucoup plus haut que le contenu (et que non, pas de manœuvre de rempotage prévue pour le moment), et que la jarre en question est fêlée(=fuite d'eau prévisible) il a fallu ruser.
Ptéris Cretica c'est le petit nom de cette fougère

J'ai donc élaboré un empilage soigné de pot retourné, soucoupe 1 et soucoupe 2 pour que la fougère soit à la bonne hauteur, et que l'arrosage puisse se faire sans retrouver de flaque d'eau sur le plancher.
























Sympa, non?



A vrai dire , c'est surtout le cogitage et les essais qui prennent le plus de temps et de concentration. Une fois que c'est installé, on se dit "mais c'est tout simple!"


Filo




4 commentaires:

  1. Tout est de très bon goût. J'opte pour les cactus, c'est plus limité en volume, surtout quand on les prend-reçoit en miniature !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Humm, pas fana des cactus, (ça piiiiique!), et contrairement à ce qu'on croit, ça peut grossir beaucoup. Mais vraiment.
      genre tu plantes une petite palette de rien du tout, et pouf quelques années après tu te retrouves avec une haie de piquants inapprochable.... (oui je vais faire des photos)

      Supprimer
  2. Bon sang ce que tu as la Tendance modeste ! "Et par la même occasion, je vous présente aussi "Froufrou" (...) installée dans un cache-pot tout ce qu'il y a de plus classique, mais que j'ai revisité, en le laissant dehors acquérir une patine vintage... et bien c'est mon préférée figure toi ! et sinon (pas de plantes à la maison car pas de place soyons clairs, mais si je devais investir j'aimerais bien avoir des plantes grasses ... (en attendant j'ai récemment ramassé d'immenses branches fines tombées dans la rue après l'élagage des platanes du quartier, pour mettre en déco dans la chambre des enfants (en toute simplicité de moutonnage hein ;-))

    RépondreSupprimer
  3. Ah j'ignorais que j'étais tendance....(j'espère que ce n'est pas une maladie grave!)
    j'ai commencé à installer des plantes chez moi longtemps, trèèèès longtemps après que les enfants soient partis, car plantes et enfants sont rarement compatibles.... et j'ai préféré mes enfants ;)
    Après moutonnage, heu... l’essentiel est de se faire plaisir et de décorer d'une façon qui nous plait.Et on est toujours forcément inspiré par la tendance du moment ne serait-ce que parce qu'on la voit partout.
    Voilà pourquoi d'ailleurs la déco 70' revient à la mode, mais qui aurait conservé les mêmes meubles/papier peint d'origine en attendant que ça revienne à la mode?
    bah voilà

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.