samedi 14 janvier 2017

Personnellement développé

Un jour, je ne sais pourquoi, il m'a pris fantaisie de m'intéresser au "développement personnel". Sans doute par le biais de l'organisation maison, parce que je suis toujours friande de trouver des astuces d'ailleurs.

Et de fil en aiguille, de blog en blog  et d'abonnement en niouzeléteure, je me suis retrouvée noyée sous une avalanche de conseils, directives et autres explications de plus en plus techniques, et faut-il l'avouer, quelque fois assez heu.... absconses pour ne pas dire fumeuses.

Partant du principe que chaque personne qui lit vient chercher remède à sa mauvaise organisation, ou mal-vivre, ou souffrance, ces "conseillers" expliquent et assènent leurs vérités avec, à l'appui, leurs (saines) lectures.

Par exemple, on nous explique ce que c'est réellement que la procrastination en 10 points, et comment y remédier.
Comment ça, tu ne te reconnais dans aucune case? Mais si mais, tu es FORCEMENT quelqu'un comme çi ou comme ça.
Ah. Bon.


Avec le début de l'année et sa flopée de "bonnes résolutions" et autres "projets", ça part dans tous les sens......

Pendant un moment, je trouvais -relativement- intéressant de lire ces blogs, au son de "parlez moi d'moi" (finalement, c'est à ça que ça revient non?). J'y trouvais toujours un petit détail dont je faisais mon beurre, certaines pistes de réflexion éventuelles...N'ayant pas d'à priori sur plein de choses ou de disciplines, je lisais sans idée préconçue.


Avant de me rendre compte de cette vérité toute bête:
Tous ces machins de développement personnels, sont terriblement culpabilisants.
Plus on en lit, plus on se sent misérable, et plus on a encore envie de demander de l'aide.
C'est affolant!

-Les 100 livres qu'il FAUT avoir lu!
-Les 10 films qu'il faut avoir vu cette année!
-La meilleure façon de se lever! (poser le pied par terre?)
-Les heures perdues!
-Lâchez prise!
-Tenez bon!


 Comment ne pas rire,  quand on me propose de me projeter 5ans plus tard et d'écrire "mon avenir à ce moment là" sous entendu=  j'aurais une belle situation, je serais riche et j'aurais plein d'amis et une belle maison etc.....pfff. (personne ne pense à : je me serais cassée la jambe et j'aurais passé 3 mois à l'hôpital, pourtant?)( ce qu'on ne se souhaite pas du tout c'est entendu)


Comment ne pas trouver loufoques toutes ces abréviations et autre acronymes sensés nous aider dans le quotidien et dont il faut laborieusement se souvenir avant d'envisager de penser à quoi que ce soit, pour être sûr d'avoir "la pensée juste"......


QUI a réussi à nous mettre cette idée dans la tête, qu'on a qu'une vie et qu'il ne faut pas la rater?
Mais quelle angoisse, quelle pression!
Évidemment, on voudrait tous, moi la première, avoir une vie bien remplie et riche (pas seulement financièrement), divertissante,  et sans embarras.

Bien sûr,  quand on regarde ailleurs, l'herbe est forcément plus verte, le soleil plus chaud et le couvert plus joli.

Un jour je vous parlerai de mon  île déserte😄

Pendant longtemps je me suis posée aussi des question (qui suis-je, ou vais-je, dans quelle étagère...) (et je cherche encore)
C'est un peu le propre de l'homme de savoir se poser des questions, d'être capable de réfléchir à son humaine condition.....

Mais là je sature un peu des directeurs de conscience moderne.....


viendez, on va prendre l'air!

Filo

7 commentaires:

  1. C'est bien de vouloir s'améliorer, mais pas besoin de se prendre trop la tête non plus!

    RépondreSupprimer
  2. Tu mets des mots sur ma pensée. Merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente de n'être plus la seule à voir les choses sous un angle un peu différent!

      Supprimer
  3. Allez !!! Montre-nous ton île déserte !
    Je partage le même constat que toi !
    J'avais justement un petit article en cours sur la culpabilisation ! Toutes les mamans que je rencontre, quelque soit le lieu, me disent toutes (et je n'exagère pas) qu'elles se sentent coupables. Il y a urgence à revenir à plus de simplicité !

    RépondreSupprimer
  4. Je prépare mon billet sur mon île!Je sens qu'elle va intéresser beaucoup de monde.
    Coupables? Mais quelle pression on subit, ou se met soi-même! C'est bien dommage.... et un peu triste quand même. L'enfance de nos enfants passe si vite....

    RépondreSupprimer